Aide à la complémentaire santé : quels sont les avantages ? Pour qui ?

Elle a presque dix ans, mais la complémentaire santé, une offre qui cible les personnes démunies, demeure mal connue des Français. Et surtout, la majorité de ceux qui pourraient y avoir droit, ne la demandent pas. Il était donc temps de la réformer.

Aide à la complémentaire santé : quels sont les avantages ? Pour qui ?
© Thodonal - Fotolia.com

Seuls trois Français sur dix ont déjà entendu parler de l’ACS et 12% savent exactement à qui elle est destinée, selon une étude de la DREES, qui estime de plus qu'environ 2 assurés sur 3 potentiellement éligibles n’ont pas fait valoir leurs droits en 2013. Au total, 1,2 million de personnes utilise cette aide sur 3 à 4 millions d’utilisateurs potentiels.

En plus d’ignorer qu’elles ont droit à l’ACS, de nombreuses personnes étaient jusqu’à présent perdues parmi la multitude d’offres disponibles. Afin de simplifier la vie des bénéficiaires de l’ACS et d’inciter ceux qui peuvent y prétendre à la demander, Marisol Touraine a présenté lundi des mesures, qui entrent en vigueur dès le 1er juillet.

Simplifier les offres et améliorer la qualité. Jusqu’à présent, les bénéficiaires de l’ACS devaient choisir leur contrat parmi des centaines de mutuelles, d’institutions de prévoyance ou de compagnies d’assurance. Désormais, le Gouvernement souhaite rendre l’offre plus lisible et plus attractive. Aussi, il a sélectionné une dizaine de mutuelles proposant des contrats éligibles à l’ACS et amélioré leur rapport qualité/prix. Ainsi les Français pourront bénéficier de prix plus avantageux et de contrats de meilleure qualité. Le gouvernement table ainsi sur une baisse des prix allant jusqu’à 45 %. Trois niveaux de contrats ont été retenus : entrée de gamme, intermédiaire et supérieur. Par exemple, avec un contrat intermédiaire, une paire de lunettes à verres simples sera prise en charge à hauteur de 100 euros alors que le contrat supérieur ira jusqu’à 150 euros.

Mise en place du tiers payant généralisé. De plus, dès le 1er juillet, les bénéficiaires de l’ACS ont accès au tiers payant intégral. Ainsi,  "dès souscription d’un contrat sélectionné, ils n’auront plus à faire l’avance de frais lors de leur consultation chez les professionnels de santé", précise le communiqué de presse du ministère de la Santé.

L’ACS, c’est quoi ? Il s’agit d’une aide financière visant à diminuer le coût de la complémentaire santé. Elle se présente sous la forme d’un "chèque santé" délivré par la caisse d’assurance maladie. Il permet d’obtenir un rabais sur le montant de la cotisation annuelle de la complémentaire santé. Pour en bénéficier, il faut le présenter à son organisme complémentaire. En plus, les bénéficiaires de l’ACS ont droit à des soins médicaux sans dépassements d’honoraires et à des réductions sur leurs factures d’énergie.

Pour qui ? L’aide à la complémentaire santé cible les personnes qui ne peuvent pas bénéficier de la couverture maladie universelle (CMU-C), mais dont les revenus sont néanmoins inférieurs au seuil de pauvreté. Concrètement, il s’agit des personnes dont les ressources mensuelles sont comprises entre 120 euros et 970 euros.

Combien ? Le montant de l’aide touchée varie selon l’âge du bénéficiaire, de 100 euros par an pour les moins de 16 ans jusqu’à 550 euros pour les plus de 60 ans.

Le ministère de la Santé met à disposition plusieurs outils pour vous informer :

  • un site Internet dédié au dispositif et à sa réforme : www.info-acs.fr
  • un comparateur des offres qui permet d’accéder à une présentation de chaque offre et au tarif de cette offre en fonction de la composition de leur foyer.
  • une plateforme téléphonique accessible au numéro 0 811 365 364 du lundi au vendredi de 8h à 17h (coût d’un appel local sauf surcoût imposé par certains opérateurs).

Lire aussi