Tabac, alcool, pharmacie… tout ce qui change au 1er juillet !

De nouvelles lois concernant votre santé entrent en vigueur ce 1er juillet. Comment vont-elles impacter notre quotidien ? On fait le point.

Tabac, alcool, pharmacie… tout ce qui change au 1er juillet !
© Jérôme Rommé

Cette année encore, de nouvelles mesures susceptibles d’impacter notre quotidien sont mises en place dès aujourd’hui. 

  • Pas d’alcool pour les jeunes au volant

La tolérance sur l’alcoolémie au volant se réduit pour les jeunes conducteurs "apprentis" possédant un permis de moins de trois ans (moins de deux dans le cas d’une conduite accompagnée). Au lieu des 0,5 g/L actuellement autorisés, les jeunes conducteurs seront sanctionnés s’ils dépassent le seuil de 0,2 g/L. Ce taux d’alcoolémie correspond à moins d’un verre standard d’alcool. Cette mesure s’inscrit dans les objectifs de la Loi Santé qui vise à réduire la consommation d’alcool des jeunes.

  • Interdiction de fumer dans les aires de jeux

Plus question de fumer votre cigarette au parc ! Pour protéger les enfants du tabagisme passif, il est désormais interdit de fumer à proximité des aires de jeux. L’amende en cas d’infraction s’élèvera à 68€. Ce nouveau décret s’inscrit dans le plan anti-tabac mené par le ministère en charge de la Santé.

  • Plus de vapotage sur votre lieu de travail

Une autre mesure phare du plan anti-tabac concerne la cigarette électronique et prévoit l’interdiction de vapoter sur les lieux de travail. Cette pratique devrait être proscrite d’ici "quelques semaines" a annoncé la ministre de la Santé Marisol Touraine sur France Inter le mardi 30 juin.

  • Des médicaments plus transparents

Les boîtes de médicaments doivent être plus lisibles à partir du 1er juillet : le prix apparaît plus clairement que jusqu'alors, ou est consultable sur catalogue si le produit n’est pas accessible en libre-service. De plus, une indication sur le régime de remboursement du médicament figure sur chaque boîte.

Par ailleurs, en ce qui concerne les pharmacies en ligne, elles sont mieux répertoriées et mieux identifiables grâce à un logo vert commun à tous les pays européens. Ce dernier permet de certifier le site internet et d’avoir accès aux coordonnées du pharmacien en charge. Cette mesure devrait permettre de limiter le commerce illégal de médicaments.

  • Inscription des allergènes sur les étiquettes et dans les restaurants

Face au nombre croissant d’allergies, les produits à la coupe des supermarchés et des traiteurs doivent, à l’instar des aliments disponibles en rayon, posséder sur leur étiquette la liste des allergènes qu’ils renferment. Même principe pour les plats des restaurants et des cantines qui ont l'obligation de mettre à disposition des clients une liste des allergènes pour chacun des plats proposés.

  • Simplification de l’aide à la complémentaire santé

L’aide à la complémentaire santé (ACS) concerne les personnes possédant un revenu inférieur au seuil de pauvreté (973€ mensuels) mais supérieur au revenu qui permet de bénéficier de la couverture maladie universelle (CMU) (720€ mensuels). Les bénéficiaires de cette ACS bénéficient désormais du tiers payant intégral et sont exonérés de la franchise médicale, la somme habituellement déduite des remboursements effectués par la Caisse d’Assurance Maladie sur les médicaments, les actes médicaux et les transports sanitaires. De plus, l’ACS dispose à compter d’aujourd’hui de 10 contrats types au choix en fonction de l’âge et du niveau de protection souhaité.

Lire aussi