Comment combattre la résistance aux antibiotiques ? La planète est envahie.... par les bactéries résistantes !

À force d'utiliser de manière aveugle les antibiotiques, les bactéries ont été sélectionnées : seules les plus résistantes ont survécu, et se propagent progressivement. 

"On observe le phénomène de résistance dans toutes les régions du monde" constate l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dans son rapport "Analyse mondiale de la situation dans les pays : réponse à la résistance aux antimicrobiens" publié en avril 2015. Publié un an après le premier rapport de l'OMS sur l'ampleur de la résistance dans le monde, cette étude s'appuie sur le compte-rendu de 133 pays quant aux actions menées par les gouvernements sur la question de la résistance.

L’OMS définit ainsi la résistance bactérienne comme une "évolution des bactéries qui rend les antibiotiques inefficaces chez les personnes qui en ont besoin pour traiter une infection". Vous aurez beau prendre consciencieusement vos antibiotiques, les bactéries ne voudront pas vous lâcher.

Il faut différencier la résistance naturelle de la résistance acquise. Dans le premier cas, la bactérie est naturellement résistante à un type d’antibiotique par ses propriétés inscrites dans son ADN. Dans le second cas, en revanche, la bactérie était naturellement sensible à un antibiotique mais y est devenue résistante, comme si elle s’y était habituée à force de le côtoyer. Les bactéries peuvent alors devenir multi-résistantes si elles s’habituent à plusieurs antibiotiques. Le spectre le plus souvent utilisé de ces médicaments ne sera alors plus efficace contre ces bactéries multi-résistantes (BMR). 

Une trop grande consommation
d'antibiotiques inapropriés a favorisé
la survenue de résistances.
 © apops - Fotolia.com

Concrètement, comment ça se passe ? En présence d’un antibiotique, toutes les bactéries ciblées sont éliminées, sauf celles qui ont développé une résistance grâce à une mutation génétique ou grâce à l’intégration d’un "plasmide", un petit morceau de matériel bactérien qui porte quelques gènes provenant d’une autre bactérie. Conséquence de l’acquisition de résistance : les antibiotiques vont détruire les bactéries sensibles, mais pas les résistantes qui auront alors plus de place pour se multiplier et contaminer d’autres individus. En effet, une fois la bactérie devenue résistance, elle peut se transmettre à d’autres individus, humains ou animaux. Un lieu privilégié de transmission est le milieu hospitalier car les germes y sont plus concentrés. Mais elles circulent aussi comme toute autre bactérie au sein de groupes de personnes rapprochées (proches, collègues, voyageurs d’un même transport en commun…). Autre source de transmission : l’alimentation. En effet, de nombreux animaux d’élevages reçoivent de fortes quantités d’antibiotiques pour limiter le risque d’épidémie et ces substances se retrouvent dans la viande et les produits laitiers.

Comment en est-on arrivés là ? Après la découverte de ces substances "miracles", une utilisation aveugle et abusive d’antibiotiques sur les humains et sur les animaux a déclenché ce problème de résistances. Autre problème en parallèle : depuis les années 1980, les chercheurs peinent à trouver de nouveaux antibiotiques pour remplacer ceux auxquels les bactéries sont devenues résistantes. 

 

Sommaire