Trois prématurés décèdent au CHU de Caen en seulement 15 jours

Des cas d’entérocolite aiguë sont survenus au cours de la première quinzaine d’avril au CHU de Caen. Une enquête est en cours pour éclaircir les raisons de trois décès de prématurés.

Trois prématurés décèdent au CHU de Caen en seulement 15 jours
© Nenov Brothers - Fotolia.com

Au total, quatre grands prématurés sont décédés depuis le début de l’année, à la suite d’une entérocolite aiguë. Un premier décès s’était produit en janvier dernier. Trois autres bébés ont perdu la vie début avril, en l’espace de deux semaines. Cinq autres nouveau-nés avaient par ailleurs souffert de troubles similaires, mais leur état serait "aujourd’hui satisfaisant " selon la direction de l’établissement hospitalier, qui a publié un communiqué ce lundi. Celui-ci précise en outre que "les services de néonatalogie sont régulièrement confrontés à ce type de complications", mais que c’est "le nombre de cas apparus sur une courte période et leur gravité qui a alerté l’équipe médicale".

Enquête en cours. Pour l’heure, les causes des décès de ces bébés qui étaient nourris par voie digestive ne sont pas identifiées. Une enquête, en cours dans le service de néonatologie, doit maintenant identifier les facteurs ayant favorisé la survenue de ces entérocolites. Pour l’heure, aucun germe commun n’a été isolé. De son côté, l’Agence régionale de santé précise que les poches de nutrition mises en cause dans l’affaire des nourrissons de Chambéry, en 2013, ne sont pas à l’origine des décès.

L’entérocolite aiguë est une pathologie spécifique aux grands prématurés (de moins de 32 semaines) et qui provoque des troubles digestifs sévères. Environ 3% de ces nouveau-nés y sont confrontés. "Elle se manifeste par une fragilisation de la paroi intestinale et un passage des germes de l'intestin dans la circulation sanguine, responsable d'un choc septique", explique à France 3 Basse-Normandie, le professeur Bernard Guillois, chef du service néonatalogie du CHU de Caen. 

Lire aussi