VIH : autotest de dépistage, comment ça marche ?

Un autotest de dépistage du Sida est désormais disponible en pharmacie. Comment fonctionne-t-il ? Est-il fiable ? Quel est son prix ? Réponses.

VIH : autotest de dépistage, comment ça marche ?
© Sida Info Service

Un dispositif d’autotest de dépistage simple et rapide du virus du Sida est disponible en pharmacie depuis le 15 septembre 2015, sans ordonnance. Commercialisé sous la marque AAZ, son prix étant libremement fixé par les officines, il peut varier entre 25 et 28 €. En France, 150 000 personnes vivent en France avec le virus du Sida et parmi elles, 20 % ignorent leur séropositivité. Aussi, ce Test Rapide d’Orientation Diagnostique (TROD) permettra de rendre plus accessible le diagnostic de cette maladie. Il n'a pas vocation à se substituer aux traditionnels dépistages par voie sanguine, ni aux autres TROD, déjà utilisés en milieu associatif et hospitalier. "L'autotest, qui arrive en pharmacie est un outil de plus pour lutter contre cette maladie", a tenu a rappeler la ministre de la Santé. Le meilleur outil de lutte contre le SIDA restant le préservatif.

La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié, en mars dernier, un document d’information à destination des personnes susceptibles de conseiller les utilisateurs : pharmaciens, médecins, infirmiers et associations d’aide aux malades du VIH (Virus de l’Immunodéficience Humaine). Ce document rédigé sous forme de questions-réponses fournit à ces professionnels de la santé les clés pour expliquer le fonctionnement d’un tel autotest et pour délivrer les conseils et le suivi nécessaires en cas de résultat positif.

Une utilisation concrète assez simple. En pratique, l’autotest de dépistage fonctionne par prélèvement de liquide gingival ou de cellules sanguines par une légère piqûre au bout d’un doigt. Un avantage certain est que l’utilisateur pourra à la fois réaliser et interpréter ce test à son domicile. Le résultat apparaîtra, au bout de 15 minutes, sous forme d’une bande de couleur si le test est positif. En effet, le test contient des antigènes au VIH, des molécules – ici inoffensives – détectées comme pathogènes par l’organisme. Si ce dernier est infecté par le virus, il aura produit des protéines capables de le reconnaitre et de s’y fixer spécifiquement : ce sont les anticorps. C’est alors le complexe antigène-anticorps qui générera une réaction colorée s’il est formé.

A noter que l'orsque l’utilisateur l'utilise seul chez lui, une préparation psychologique préalable semble nécessaire. Le pharmacien peut évidemment répondre aux éventuelles questions en amont du résultat. Et dans tous les cas, les utilisateurs peuvent se renseigner auprès du numéro vert Sida info service (0 800 840 800, appel anonyme et gratuit) et auprès des associations de lutte contre le sida telles que Aides ou encore Sidaction.

Néanmoins, cet auto-dépistage ne se substitue pas au test de dépistage classique : tout résultat positif doit être confirmé par un test sanguin en laboratoire (test Elisa de quatrième génération). En effet, l’autotest n’est pas fiable à 100% et sa sensibilité est très faible lorsque l’infection est inférieure à trois mois. De plus, ces tests ne permettent pas de détecter les autres infections sexuellement transmissibles (IST), ni les hépatites virales.

La veille de la commercialisation des autotests de dépistage du VIH, Jean-Luc Romero, le Président d’Elus Locaux Contre le Sida demandait via un communiqué de presse une baisse de leur tarif, voire un remboursement ou encore leur gratuité. "J’ai de réelles inquiétudes quant au coût unitaire de cet outil qui pourrait sans aucun doute constituer un frein important, non pas à son appropriation, mais tout simplement à son accessibilité." Pour l'heure, Marisol Touraine s'est engagé à ce que les autotests puissent être mis gracieusement à la disposition des usagers dans les structures de prévention du VIH et via les associations de patients, afin d'en faire bénéficier en priorité les personnes les plus éloignées du dépistage. Le projet de loi Santé, examiné au Sénat cette semaine, comprend une mesure en ce sens.

Une session de questions réponses sur Twitter sera animée par @SidaInfoService le 16 septembre à 16h au hashtag #QRAutotestVIH

Lire aussi 

EN VIDEO