Et pourquoi pas devenir donneur de moelle osseuse ?

Michèle Villemur, médecin responsable à l'Etablissement français du sang, explique étape par étape comment se déroule un don de moelle osseuse.

Et pourquoi pas devenir donneur de moelle osseuse ?
© Etablissement français du sang

L’objectif des 240 000 donneurs fixé par l'Agence de la biomédecine pour 2015 est quasiment franchi, mais la mobilisation continue : le recrutement de nouveaux donneurs et la diversification des profils génétiques des donneurs restent essentiels pour augmenter les chances pour les malades de trouver des donneurs compatibles. Cette année, à l'occasion de la 10e semaine de mobilisation pour le don de la moelle osseuse du 29 mars au 4 avril, 3 bus aux couleurs de l’opération "Don de moelle osseuse, engagez-vous pour la Vie" sillonneront les routes de France et s’arrêteront dans 21 grandes villes.

Le docteur Michèle Villemur est médecin responsable du site fixe EFS Crozatier de l'hôpital St Antoine (Paris, 12e). Chaque jour, elle rencontre des candidats au don afin de les informer sur la procédure, depuis l'inscription sur le registre des donneurs, jusqu'au prélèvement. Et surtout, elle les rassure quant aux nombreuses questions et inquiétudes qu'ils peuvent avoir. Entretien.

Quelles sont les conditions pour devenir donneur de moelle osseuse ?

Docteur Michèle Villemur : pour s'inscrire sur le registre national des donneurs de moelle osseuse, et devenir ce que l'on appelle un "veilleur de vie", il faut avoir entre 18 ans et 50 ans révolu (donc jusqu'à la veille du 51e anniversaire, NDLR). Mais ensuite, on peut donner jusqu'à 61 ans. Il faut par ailleurs être en bonne santé. Et surtout être disponible sur le long terme car on ne sait jamais par avance, ni si l'on sera un jour amené à donner sa moelle, ni à quel moment cela se passera si c'est le cas. Ce matin, j'ai justement rencontré un jeune homme de 19 ans qui souhaite devenir donneur. Eh bien, peut-être qu'il sera apppelé dans 6 mois, dans 2 ans, voire quand il aura 60 ans, ou peut-être jamais s'il n'est compatible avec aucun malade. C'est pourquoi, cette notion d'engagement sur le long terme est indispensable.

Cela implique qu'il faut être disponible à tout moment, du jour au lendemain ?

Oui, il faut être disponible, mais fort heureusement dès lors que l'on prévient le donneur qu'il est compatible avec un malade en attente de greffe, il dispose d'un délai pour s'organiser, qui peut aller de quelques semaines à deux mois environ, si nécessaire. En particulier, si un événement important est prévu (un mariage, un examen, etc.), il est possible de déplacer la greffe sans que cela ne soit préjudiciable au malade.

Les candidats au don éprouvent-ils des craintes particulières lorsqu'ils viennent s'inscrire ?

Il y a une question qui revient tout le temps, c'est de savoir si le fait de donner sa moelle osseuse empêche de donner à un frère, à une soeur ou à un autre membre de sa famille qui un jour pourrait en avoir besoin. Sur ce point, je tiens à rassurer tous ceux qui se posent la question : même si le donneur est amené un jour à donner sa moelle, il pourra le faire aussi, et autant de fois qu'il le souhaite, pour un membre de sa famille. Il n'existe aucune incompatibilité.

Une fois qu'on est décidé à devenir donneur, que se passe-t-il ?

Si aucune contre-indication médicale n'est décelée lors de l'entretien qui suit l'inscription sur le registre des donneurs, le médecin fait un premier prélèvement sanguin, afin de pouvoir transmettre les informations du donneur sur le fichier national de l'Agence de biomédecine. Chaque jour, les fichiers des donneurs sont ainsi croisés avec ceux des malades en attente de greffe afin de rechercher une compatibilité entre un donneur et un receveur. Lorsque cela arrive, le donneur est de nouveau contacté et convié à une deuxième consultation afin de vérifier qu'il est toujours apte et bien compatible avec le malade, car comme je vous l'ai expliqué, il s'est peut-être écoulé plusieurs années depuis. Ensuite, le médecin fixe une date avec le donneur, en tenant compte de ses disponibilités et éventuelles contraintes personnelles. Enfin, le donneur doit confirmer son consentement éclairé auprès du tribunal de grande instance et prendre un rendez-vous avec le médecin anesthésiste. Je précise que le donneur, peut à tout moment se rétracter, il est libre de son choix jusqu'au bout.

Techniquement, comment se déroule un don de moelle osseuse ?

Il faut savoir qu'il y a deux types de prélèvements en fonction des besoins du malade. Le premier, c'est le prélèvement de moelle osseuse dans les os du bassin. Il est réalisé sous anesthésie générale au bloc opératoire et nécessite 48 h d'hospitalisation, généralement suivies de quelques jours d'arrêt médical. Le prélèvement se fait par ponction donc il n'y a ni points de suture, ni cicatrice, parfois des petites douleurs, mais cela passe rapidement.

L'autre solution, c'est le prélèvement de cellule souches périphériques par cytaphérèse. Elle nécessite l'injection préalable en sous cutané, pendant quatre jours, d'un médicament qui va stimuler la production de moelle osseuse, et favoriser leur passage dans la circulation sanguine. Ensuite, lorsque le donneur est appelé sur le site de prélèvement, cela se passe comme pour un don de plaquettes : le sang du donneur passe dans une machine, qui reccueille les cellules souches et réinjecte le sang au donneur.

Quels sont les profils des personnes qui s'inscrivent sur le fichier de donneur ?

La plupart du temps, ce sont des personnes déjà sensibilisées parce qu'une personne de leur entourage familial, amical ou professionnel a déjà eu recours à une greffe. Ils comprennent l'intérêt de donner car ils connaissent toute l'importance de ce geste pour sauver une vie. L'autre cas de figure, très fréquent, ce sont les personnes qui donnent déjà leur sang ou leurs plaquettes et qui sont dans une dynamique de don de soi, de générosité. Souvent, c'est lors d'un passage au centre de transfusion, qu'elles sont amenées à se renseigner sur le don de moelle osseuse. Enfin, les associations, mais aussi les médias participent à cette information.

Comment convaincre davantage de personnes encore à devenir donneur ?

Par l'information et l'éducation car le problème, c'est qu'il y a beaucoup d'idées reçues et de méconnaissance autour du don de moelle osseuse. A commencer par cette amalgame qui est très souvent fait entre la moelle osseuse, qui se situe à l'intérieur des os, et la moelle épinière, qui se trouve dans la colonne vertébrale. Beaucoup de personnes pensent, à tort, que toucher à la moelle osseuse peut paralyser, alors qu'il n'y a évidemment aucun risque puisqu'on ne touche absolument pas à la colonne vertébrale. Il y a aussi parfois des amalgames avec la péridurale, qui n'a rien à voir non plus. Il faut donc rassurer les éventuels donneurs et surtout répéter que ces dons sont indispensables pour sauver des vies !

Pour s'inscrire :

La première chose, c'est de s'inscrire sur le site du don de moelle osseuse afin de remplir une promesse de don. L'Agence de biomédecine se charge ensuite de la transmettre à l'établissement français du sang (EFS) de votre région. Vous serez ensuite appelé pour un premier rendez-vous. Il est par ailleurs possible de contacter directement l'EFS pour demander un rendez-vous.

Lire aussi