Médicaments : attention à la codéine chez les enfants

Les enfants de moins de 12 ans ne doivent pas prendre de médicaments contenant de la codéine, selon l’agence européenne du médicament (EMA). Cela concerne aussi toutes les personnes ayant des problèmes respiratoires.

Médicaments : attention à la codéine chez les enfants
© auremar

L’agence européenne du médicament (EMA) a indiqué vendredi que les médicaments contre la toux et le rhume contenant de la codéine sont contre-indiqués chez les enfants de moins de 12 ans. Elle a également précisé qu’ils ne sont pas recommandés chez les adolescents présentant des problèmes respiratoires. Pour éviter toute ingestion accidentelle, les médicaments liquides contenant de la codéine doivent être disponibles dans des récipients sécurisés pour les enfants, selon l’EMA.

Des recommandations sur la codéine présente dans les médicaments anti-douleurs avaient déjà été émises par l’EMA en 2013. Celles-ci laissaient toutefois la possibilité d’utiliser ces anti-douleurs chez les enfants qui ne pouvaient pas être soulagés par d’autres molécules (paracétamol ou ibuprofène). C’est l’agence allemande du médicament qui a demandé à l’EMA de vérifier ce point.

Des effets indésirables graves. Contenue dans de nombreux médicaments dont certains sont en vente libre dans les pharmacies, la codéine est une substance intervenant contre la douleur mais aussi contre la toux et le rhume. Elle est en fait convertie en morphine par le foie. Le problème est que cette conversion peut être trop rapide chez certaines personnes provoquant des "effets indésirables graves comme des problèmes respiratoires" précise l’EMA.

Cette contre-indication est justifiée par le fait que les enfants de moins de 12 ans transforment la codéine de manière variable et imprévisible. En plus des enfants et adolescents ayant des problèmes respiratoires, les femmes enceintes et les personnes qui transforment la codéine en morphine plus rapidement que la moyenne de la population, sont aussi concernées par cet avertissement. Ces recommandations doivent encore être approuvées par le comité européen de coordination (CMDh) qui représente les différentes agences nationales du médicament.

Lire aussi