Yaourt, amande et thé vert : aliments gagnants contre l'obésité

Le Congrès européen sur l'obésité qui se tenait à Sofia en Bulgarie a rendu ses préconisations pour lutter contre l'obésité. Le produit laitier, le fruit sec et la boisson figurent au palmarès des aliments bénéfiques pour éviter le surpoids.

Yaourt, amande et thé vert : aliments gagnants contre l'obésité
© clfortin

Longtemps mal réservé aux pays développés, l'épidémie de surpoids et d'obésité touche désormais 2,1 milliards de personnes, soit près de 30% de la population mondiale, dont plus de 62 % dans des pays en développement, selon l'analyse des données d'une étude réalisée par Institut d'évaluation de la santé de l'Université de Washington. Face à ce constat, des chercheurs se sont réunis en congrès du 28 au 31 Mai 2014 dans la capitale bulgare, pour présenter des études relatives à la lutte contre l'obésité. 
A plein pots. Deux études, l'une espagnole, l'autre bulgare – les pays balkaniques sont de grands consommateurs de yaourt ! – démontrent que le yaourt serait la clé pour un poids stabilisé. Les personnes en consommant tous les jours seraient moins exposées aux problèmes de surpoids ou d'obésité. A ce titre, les chercheurs espagnols de l'université de Navarre recommandent vivement une combinaison de "la diète méditerranéenne - légumes, huile d'olive, poisson - et d'une haute consommation de yaourts". 
Mise à l'amande. En cas de fringale, plutôt que de se jeter goulûment sur paquets de chips et autres snacks, les chercheurs américains de l'université de Purdue recommandent de manger des amandes. Riche en protéines et en lipides et très pauvre en glucides, le fruit à coque est un coupe faim très efficace et peut être consommé à hauteur de 43 grammes par jour. 
A cup of tea ? Côté boisson, oubliez limonade et autres boissons gazeuses, c'est (à) la tasse qu'il faut boire pour garder la ligne et plus précisément du thé vert. C'est une étude néerlandaise de l'université de Maastricht qui l'affirme. A noter que les effets bénéfiques de la boisson sur la ligne le sont aussi pour lutter contre les maladies cardiovasculaires. Les amateurs de vin se réjouiront d'apprendre qu'une prise modérée aux repas n'est pas mauvaise voire bénéfique, selon des études grecque et espagnole.
Zen, mangeons zen. Outre certains aliments, les chercheurs attirent également l'attention sur l'environnement dans lequel le repas se fait. Au menu : bonne humeur. Des chercheurs ont ainsi recommandé aux parents de ne pas se quereller devant leurs enfants, notamment pendant le repas. Le stress provoqué par ces disputes, et plus encore par les divorces, contribuerait au surpoids et à l'obésité, selon trois études concordantes. "L'obésité est plus prononcée chez des enfants de parents divorcés et séparés", souligne l'Institut de santé publique à Oslo. Dernière recommandation : la prise de repas en famille. Une étude réalisée dans huit pays européens auprès de 7.915 enfants a montré que les enfants qui prennent tranquillement leurs repas matin et soir avec leurs parents sont moins exposés au risque d'obésité que ceux laissés seuls au moment des repas. A table ! 

Lire aussi