Sidaction : 3 bonnes raisons de rester mobilisé

La 23e édition du Sidaction a permis de récolter près de 4,1 millions d'euros de promesses de dons pour la lutte contre le VIH. Les dons par téléphone sont encore possibles.

Sidaction : 3 bonnes raisons de rester mobilisé

La 23e édition du Sidaction, opération annuelle de levée de fonds pour la prévention et la recherche contre le sida, débute aujourd'hui. L'occasion de lancer un appel aux dons mais aussi à la prévention. Car comme le montre un sondage Ifop, la méconnaissance autour du VIH grandit chez les Français. Si 96% d'entre eux savent que le virus du sida peut se transmettre lors d'un rapport sexuel non protégé, ils sont encore nombreux à penser que VIH peut se transmettre par un simple baiser (21% des sondés). En 2017, les pires idées reçues sont toujours bien ancrées chez les Français : 16% pensent que le virus du sida peut être transmis en s'asseyant sur un siège de toilettes publiques (18% des 15-24 ans) et 11% en buvant dans le verre d'une personne séropositive (17% des 15-24 ans) ! Rappelons qu'il n'existe que 3 voies de transmission du virus : lors de rapports non protégés (vaginaux, buccaux ou anaux), par échange de sang lors de transfusion sanguine ou par le partage de seringue et lors de l'accouchement de la mère

On ne guérit toujours pas du sida en 2017. "Malgré de nombreuses victoires, le combat n'est pas terminé. Donnez !" est le mot d'ordre de la nouvelle campagne d'appel aux dons relayée dans les médias. "En 1994, nous sommes entrés dans l'histoire en mobilisant l'opinion publique afin qu'elle s'engage dans la lutte contre le sida (...) Comme de vieux amis, nous nous retrouvons et nous tenons le même discours : ne baissons pas les bras, les progrès sont là, mais le sida n'est pas vaincu", ont déclaré Pierre Bergé et Line Renaud dans un texte commun. "Faut-il encore rappeler qu'il n'existe pas de vaccin contre le VIH ? Faut-il redire qu'en 2017, on ne guérit toujours pas du sida ? (...) Notre combat est également un combat contre la maladie, la peur, l'exclusion et les inégalités", ajoutent les deux fondateurs de Sidaction.

Aujourd'hui, grâce aux progrès thérapeutiques, le sida est quasiment devenu une maladie chronique avec laquelle on peut vivre en prenant ses médicaments tous les jours. Mais, encore faut-il être diagnostiqué. Trente ans après la découverte du VIH, 153 000 personnes vivent avec le VIH et parmi elles, 25 000 ignorent leur séropositivité. En outre, il n'existe toujours pas de vaccin. 

Le préservatif est loin d'être un réflexe. De moins en moins de jeunes estiment que le préservatif est efficace pour se protéger du VIH si l'on en croit une récente étude réalisée par la Smerep. Ainsi, près de 60 %des étudiants déclarent ne pas porter systématiquement un préservatif à chaque rapport sexuel. Ils se justifient pour les trois-quarts d'entre eux par le fait d'avoir un partenaire stable. Mais, plus inquiétant, ils sont plus de 15% à expliquer qu'ils ont l'impression d'avoir moins de sensation. Un comportement qui s'explique sans doute par une moindre peur vis à vis du sida. En effet, 10 % des étudiants et lycéens estiment qu'il est aujourd'hui possible de guérir du Sida. Alors, on le répète : le meilleur outil de lutte contre le sida reste le préservatif !

Moins de dépistage chez les jeunes. Redoutant moins d'être infectés par le VIH, non seulement ils s'en protègent moins, mais en plus ils se font moins dépister. Près de 3 étudiants sur 4 (et plus de 80% des lycéens), concernés par le changement de partenaire, ne se sont pas systématiquement dépister. Ils justifient leur comportement par le fait qu'ils considèrent ne pas avoir pris un risque suffisant en changeant de partenaire.

Pourtant, depuis septembre 2015, un dispositif d'autotest de dépistage simple et rapide du virus est disponible en pharmacie sans ordonnance. Il n'a pas vocation à se substituer aux traditionnels dépistages par voie sanguine, ni aux autres TROD, déjà utilisés en milieu associatif et hospitalier. Il s'agit d'un outil de plus pour améliorer le dépistage du sida.

A noter : le 25 mars, depuis le Moulin Rouge, une émission spéciale pour célébrer trente ans de progrès et d'avancées contre le VIH sera diffusée sur France 2, avec la participation de 200 artistes et célébrités.

Comment faire un don au Sidaction ?

  • Par téléphone en composant le 110 (numéro d'appel gratuit)
  • Par Internet sur www.sidaction.org (paiement sécurisé)
  • Par SMS au 92110 : en envoyant le mot DON pour faire un petit don de 5 euros (coût d'envoi du sms gratuit ou inclus dans les forfaits sms)
  • Par courrier : Sidaction - 228, rue du Faubourg Saint-Martin 75010 PARIS
 
Lire aussi