Quand consulter un sexologue? Examens, exercices pratiques, thérapies...

les troubles de la sexualité ont souvent une part psychologique.
Les troubles de la sexualité ont souvent une part psychologique. © digitalvision-Andrea Morini-Thinkstock

Vous avez fait le plus dur : prendre un premier rendez-vous. La suite ? C'est vraiment du cas par cas. Ca peut être des examens et/ou des traitements si le problème est davantage d'ordre médical. Ca peut être aussi des petits exercices pratiques à faire seul ou en couple. Sans oublier l'indispensable versant "psy", majeur dans le travail du sexologue. Cependant il faut bien garder à l'esprit que le sexologue n'est pas censé donner de conseils en ce qui concerne la vie privée de son patient. "Son rôle n'est pas de s'immiscer dans sa vie privée et encore moins de la gérer en lui disant, par exemple, s'il doit ou pas quitter son compagnon", modère le Dr Solano.

De même, la durée de la thérapie varie d'une personne à l'autre. Parfois c'est très rapide. "Je me souviens par exemple d'un homme venu consulter parce qu'il n'arrivait plus à avoir de seconde érection. Il a suffit que lui explique que le temps entre deux érections augmentait avec l'âge et que c'était donc tout à fait normal pour le rassurer. En une séance c'était réglé", raconte Catherine Solano. D'autres fois, deux ou trois séances sont nécessaires. Et puis parfois c'est plus compliqué, donc plus long : 6 mois, 1 an. "D'une manière générale, je dirais quand même que les thérapies dépassent rarement deux ans", précise la sexologue.

Sommaire