"Pilule de 3e génération : il n'y a pas d'urgence à l'arrêter"

Alors que la polémique sur les pilules enfle, les femmes sous contraceptifs oraux de 3e génération se posent des questions. Les risques de thromboses sont-ils avérés avec ces pilules ? Quelles femmes sont concernées et que faut-il faire ? Réponses avec le Docteur Béatrice Guigues, gynécologue et vice-Présidente du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF).

"Pilule de 3e génération : il n'y a pas d'urgence à l'arrêter"
© dalaprod - Fotolia.com

Les risques de thromboses veineuses avec les pilules de 3e génération sont-ils avérés et faut-il en avoir peur ?

Les études, même récentes, font effectivement état d'un sur-risque de thrombose veineuse avec les pilules de 3e génération comparées à celles de 2e génération. Mais c'est un risque rare et qui ne concerne pas toutes les femmes.

beatrice guigue
Le Docteur Béatrice Guigues est gynécologue et vice-Présidente du Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF). © CNGOF

Comment savoir si, oui ou non, on risque de faire une thrombose veineuse ?

C'est là qu'est le problème : on sait qu'il faut tenir compte des antécédents familiaux mais on n'a pas de test qui nous permette de repérer les femmes à risque. C'est pour cette raison que, par prudence et pour limiter les risques de thrombose veineuse, on propose désormais en première intention une pilule de 2e génération et non une pilule de 3e génération.

Par ailleurs, le risque de thrombose artérielle (responsables des infarctus et des accidents vasculaires cérébraux, NDLR), qui peut survenir avec toutes les pilules combinées est quant à lui évalué lors de l'interrogatoire médical et via les examens biologiques (bilan sanguin lipidique, dosage de la glycémie). De fait, il est augmenté par plusieurs facteurs de risque : le tabac, l'hypertension artérielle, le diabète et l'hypercholestérolémie.

Les femmes qui prennent actuellement une pilule de 3e génération doivent-elles l'arrêter rapidement ?

Non, pas d'inquiétude. Si elles prennent une pilule de 3e génération depuis longtemps et qu'elles n'ont pas de problème particulier, il n'y a aucune urgence à l'arrêter. Le risque de révélation d'une thrombose veineuse apparaît principalement pendant les premières semaines de la prescription. Pour cette raison, et aussi en raison des autres effets secondaires potentiels de toute méthode contraceptive, il ne faut pas modifier une contraception établie depuis plusieurs mois. Evidemment, si elles sont inquiètes ou qu'elles se posent des questions, il ne faut pas qu'elles hésitent à contacter leur gynécologue et si besoin à revoir leur contraception. Mais encore une fois, il n'y a pas d'urgence.

La pilule Diane est elle aussi pointée du doigt. Elle induirait un risque de thrombose veineuse également plus élevé qu'avec les pilules de 2e génération. Que faut-il en penser ?

L'acétate de cyprotérone, le progestatif du médicament Diane 35 est commercialisé comme anti-acnéïque et non comme contraceptif. En clair, elle n'est pas considérée comme une pilule, bien que bloquant l'ovulation, et n'est ni classée en pilule de 2e génération, ni en pilule de 3e génération. Néanmoins en termes de risques de thrombose veineuse, Diane est plutôt proche d'une pilule de 3e génération. Pour les jeunes femmes qui prennent cette pilule, pas de panique non plus. Si elle est prise depuis longtemps, alors inutile d'en changer. En revanche, en cas de problème, par exemple des maux de tête à répétition, il faut en parler à son médecin et envisager de changer de contraception.

Avec cette polémique, craignez-vous que les femmes arrêtent leur pilule et que le nombre d'IVG augmente ?

Effectivement le risque c'est que les femmes arrêtent d'elles-mêmes leur pilule, sans avis médical, et qu'on observe une augmentation des grossesses indésirées. Encore une fois, si on prend sa pilule depuis longtemps, il n'y a pas de raison de s'inquiéter. Et en cas de doute, il faut consulter son gynécologue ou son généraliste, peu importe, pour faire le point sur la contraception, mais il ne faut pas arrêter sa contraception.

Voir aussi : la liste des pilules de 3eme génération