Ovaires polykystiques : quelles solutions ? Eliminer les autres causes de dérèglement hormonal possibles

la prise de sang permet de faire un bilan complet pour exclure un problème
La prise de sang permet de faire un bilan complet pour exclure un problème thyroïdien par exemple. © Hildebrandt - Fotolia

Selon le motif de la consultation, les analyses ne sont pas les mêmes. Si la femme consulte pour des règles douloureuses ou pour une acné persistante, le gynécologue ne prescrira pas les mêmes examens que pour une femme qui ne parvient pas à tomber enceinte.

"Lorsqu'une femme arrive en consultation pour infertilité, explique la gynécologue Héloïse Gronier, on commence par lui prescrire un bilan sanguin pour éliminer toute autre cause hormonale. Cette prise de sang doit avoir lieu le troisième jour des règles, comme l'échographie endovaginale (aussi appelée pelvienne)."

Outre les hormones, la glycémie (taux de sucre dans le sang) et le cholestérol sont également surveillés car les troubles lipidiques sont une des complications métaboliques du syndrome des ovaires polykystiques.

"Il faut bien comprendre que toutes les femmes n'ont pas le même SOPK ! Elles forment une population très hétérogène. Certaines femmes auront tous les signes caractéristiques alors que d'autres non, ou seulement la difficulté de mise en route d'une grossesse", précise le Dr Gronier.

Sommaire