Les pilules de 3e et 4e génération moins prescrites en janvier

L'Agence du médicament rapporte une forte baisse des ventes de pilule de 3e et 4e génération et annonce qu'elle va publier régulièrement des bilans sur les risques et l'évolution des pratiques liées à l'utilisation des pilules.

Les pilules de 3e et 4e génération moins prescrites en janvier
© Catherina Holder - Fotolia.com

[Mise à jour 27/02, 10h06] C'était attendu. Suite à la polémique sur la pilule du mois de janvier dernier et aux recommandations de l'Agence du médicament (ANSM) de prescrire des pilules de 2e génération en première intention, les ventes de pilules de 3e et 4e génération sont logiquement en recul sur le mois de janvier. "La vente des contraceptifs oraux combinés de 3ème et 4ème générations a diminué d'environ 25 % quand on la compare à la même période de l'année précédente", peut-on lire sur le site de l'ANSM. Cette baisse a été simultanément accompagnée d'une hausse de la vente des pilules de 2ème génération de l'ordre de 16 %. Un report qui "devrait se poursuivre dans les semaines et mois à venir", est-il précisé.
Par ailleurs, pour plus de transparence, l'ANSM publie un premier bilan des notifications d'événements thrombo-veineux et artériels liés aux contraceptifs oraux combinés et survenus au mois de janvier. Au 4 janvier dernier, 567 notifications d'effets indésirables et 13 décès par événement thrombo-emboliques veineux avaient été enregistrés dans la base de pharmacovigilance de l'ANSM et ce depuis 1985. Depuis avec la forte médiatisation de la polémique autour des pilules, de nouveaux cas (certains datant de plusieurs années) ont été déclarés. Ainsi, entre le 4 janvier et le 31 janvier 2013, 36 nouveaux cas de thromboses (31 veineuses et 5 artérielles) ainsi que 2 décès, ont été enregistrés dans la base de pharmacovigilance. L'Agence du médicament indique qu'elle publiera régulièrement de nouveaux bilans.

Sources : ANSM, 25/01/2013

EN VIDEO : Dominique Maraninchi, directeur de l'Agence du Médicament


Lire aussi