Les Françaises boudent la pilule

Depuis le début des années 2000, l'utilisation de la pilule contraceptive a légèrement baissé. Ce moyen de contraception reste tout de même le préféré des Françaises.

Les Françaises boudent la pilule
© Hamiza Bakirci - Fotolia

L'utilisation de la pilule contraceptive a baissé de 4,6 % entre 2002 et 2010. Cette diminution du nombre d'utilisatrices est une première depuis la légalisation de ce moyen contraceptif en 1967. Cette baisse serait en grande partie compensée par des méthodes plus récentes telles que l'implant, le patch et l'anneau vaginal.

L'enquête Fecond réalisée par l'Inserm et l'Ined en 2010 et dont les premiers résultats ont été publiés le 12 septembre, permet de mieux cerner les dernières tendances en matière de contraception en France.

Méfiance et difficultés financières des jeunes

Les auteurs de l'enquête précisent que si la majorité des femmes qui ont délaissé la pilule se sont reportées sur d'autres contraceptifs, ce n'est pas le cas des 20-24 ans, et en particulier chez les moins diplômées. Pour expliquer ce phénomène, les auteurs citent plusieurs hypothèses : la méfiance accrue envers les produits médicamenteux et la dégradation de la situation financière des jeunes femmes, qui se voient parfois prescrire des pilules peu ou pas remboursées.

D'une façon générale, les pratiques évoluent peu. La pilule reste la méthode la plus utilisée : pour 45 % des femmes il s'agit de la seule contraception utilisée. Le stérilet (DIU) est utilisé par 21 % des femmes, surtout chez les plus âgées et chez celles qui ont déjà eu un enfant, malgré les recommandations de la Haute autorité de santé précisant qu'il pouvait être utilisé chez toutes les femmes. Le préservatif est toujours employé en début de vie sexuelle et la stérilisation contraceptive, légalisée en 2001 comme méthode contraceptive pour la femme, n'est choisie que par une faible minorité d'entre elles.

Source : Inserm

A lire aussi