Le sexe et les femmes : 10 idées reçues Les femmes ont un orgasme grâce à leur point G

 Faux.

toutes les femmes ne trouvent pas leur point g. un mythe ?
Toutes les femmes ne trouvent pas leur point G. Un mythe ? © Yuri Arcurs - Fotolia

La dernière étude sur le point G, sortie début 2012, avait pour modèle une vieille dame de plus de 80 ans... Celle-ci a été autopsiée pour rechercher le célèbre point G sur son cadavre. Le chercheur affirme avoir trouvé une zone intravaginale qui est particulièrement innervée et qui serait, selon lui, le fameux point G. Outre ces conditions expérimentales extrêmes, réalisées sur une seule personne, cette étude n'est qu'une de plus sur le sujet.

Les chercheurs (hommes ?) sont très intrigués par cette zone popularisée par l'obstétricien Ernst Gräfenberg dans les années 50, le premier à avoir parlé du point G comme étant le déclencheur du plaisir chez la femme. Une étude réalisée en 2010 sur plus de 1 800 femmes, jumelles monozygotes (dites vraies jumelles) et dizigotes (fausses jumelles), a montré des résultats intéressants. Les "vraies" jumelles ayant le même patrimoine génétique, les prédispositions au point G sont donc similaires. Pourtant, les résultats ont montré que les "vraies" jumelles sont aussi nombreuses que les "fausses" jumelles à avoir trouvé leur point G. Les responsables de l'étude en ont conclu que le point G est totalement subjectif et que son existence ne peut pas être démontrée anatomiquement.

En attendant la prochaine étude sur le sujet, les médias se régalent des démonstrations d'existence ou non de ce "centre du plaisir" féminin. Aux femmes d'en juger par elles-mêmes !

Sexualité