Le don de gamètes : comment ça se passe ? Une batterie d'examens pour s'assurer que tout va bien

le caryotype (la carte des chromosomes d'un individu) est aussi indispensable
Le caryotype (la carte des chromosomes d'un individu) est aussi indispensable lors d'un don d'ovocytes. © Hemera / Thinkstock

Le don d'ovocytes n'est pas aussi "simple" techniquement que le don de sperme. En effet, une implication totale de la femme est nécessaire : pour donner elle devra subir une stimulation de l'ovulation et une ponction ovarienne qui nécessite disponibilité et motivation de sa part.

L'état de santé mais aussi la fertilité et les motivations de la donneuse sont prises en compte. La donneuse devra donc se soumettre à un bilan d'évaluation de la fertilité, à une étude génétique (une consultation avec un généticien et la réalisation de son caryotype), des tests sanitaires (notamment VIH et hépatites) ainsi qu'un entretien psychologique.

L'entretien psychologique est très important pour la donneuse qui peut parler librement de sa démarche de don dans un cadre neutre. Lors de toutes ces étapes, la donneuse est informée à plusieurs reprises des risques liés à la stimulation ovarienne (risque d'hyperstimulation) et aux contraintes qu'elle devra accepter pour faire le don. Elle peut stopper à tout moment le processus de don, du premier rendez-vous au moment de la ponction.

A l'issue de ces étapes préliminaires, l'équipe médicale décidera ou non d'accepter la donneuse dans sa démarche.

Sommaire