Infections sexuellement transmissibles : tous concernés Papillomas virus : un frottis tous les 3 ans

un vaccin existe, il est destiné aux jeunes femmes dès 15 ans.
Un vaccin existe, il est destiné aux jeunes femmes dès 15 ans. © Photo_Ma - Fotolia

Les condylomes génitaux, aussi appelés verrues génitales, sont des lésions causées par un virus appelé Papillomas virus humain (HPV). En fait, il s'agit d'une famille de plus de 200 HPV différents.

Cette IST est très fréquente puisqu'on estime qu'une personne sur dix est porteuse du virus et que huit femmes sur dix seront au contact de ce virus durant leur vie sexuelle. L'IST touche les hommes et les femmes, mais ces derniers ne développent pas de condylomes.

Le virus HPV est très contagieux, il peut se transmettre par frottement (peau à peau, parties génitales) mais aussi par des objets contaminés ou des vêtements. L'apparition des condylomes peut être très tardive, parfois des années après la contagion. Il est donc souvent impossible de savoir à quel moment on a été infecté.

Dans 1 % des cas les virus subsistent

Une fois dans l'organisme, le virus parvient jusqu'au col et infecte les cellules. Généralement, le système immunitaire de la femme l'élimine. Mais dans 1 % des cas, les virus subsistent et continuent l'envahissement des cellules. Ils créent une lésion sur le col. Cette lésion peut être la première étape du cancer du col de l'utérus, elle doit donc être détectée le plus précocement possible.
Pour cela, la seule solution c'est le frottis
. Réalisé tous les 3 ans chez toutes les femmes à partir de 25 ans, il permet de repérer ces lésions précancéreuses et d'intervenir avant le développement du cancer.

Deux vaccins existent contre certains HPV responsables des lésions précancéreuses pour les jeunes filles et les jeunes femmes de 15 à 23 ans n'ayant pas eu de rapports sexuels ou moins d'un an après leur premier rapport.

Sommaire