Dysfonction érectile : comprendre pour soigner Je fais un blocage psychologique

le simple fait d'avoir 'échoué' une fois peut induire un stress qui empêche par
Le simple fait d'avoir "échoué" une fois peut induire un stress qui empêche par la suite d'avoir des érections au moment voulu. © Stockbyte/Thinkstock

La première fois, avec votre nouvelle partenaire, vous étiez tellement anxieux de ne pas lui plaire que... Vous n'avez rien pu faire ! Elle ne vous en a pas voulu, elle a même trouvé ça touchant et vous vous êtes revus quelques jours plus tard. Mais là, de peur d'échouer à nouveau, vous avez prétendu un mal de ventre subit et vous vous êtes enfermé dans la salle de bains. La troisième fois... Vous avez juste dit que vous n'étiez pas en forme. Votre amie est toujours là mais vous redoutez qu'elle ne finisse pas se lasser. Du coup, vous vous mettez la pression et, fatalement, vous obtenez encore moins ce que vous désirez !

Manque de confiance

C'est que l'aspect psychologique joue un rôle beaucoup plus important qu'on ne croit dans l'arrivée et le maintien d'une érection. Non, messieurs, vous n'êtes pas si bestiaux et instinctifs que certains magazines féminins voudraient le faire croire. "Tout problème dans la relation, toute atteinte à son image, manque de confiance en lui peut induire des troubles de l'érection", souligne le médecin sexologue Yves Ferroul.

Dans ce genre de situation, il n'y a donc a priori aucun problème physiologique à l'horizon. Tout fonctionne parfaitement sauf que... Ca ne marche pas ! Seul le stress est en cause et joue ici un rôle inhibiteur puissant. C'est l'archétype même du cercle vicieux : ça n'a pas fonctionné la dernière fois, donc on approche la fois suivante avec appréhension et donc, fatalement, cela ne marche pas non plus, ce qui renforce l'impression d'échec. La seule solution consiste alors à travailler sur soi pour rompre ce cercle.

Sommaire