Implant contraceptif télécommandé : "les femmes, maîtresses de leur contraception"

Une start up américaine financée par Bill Gates développe un implant contraceptif électronique efficace 16 ans. Envie de faire un bébé ? Il suffit de le désactiver avec une télécommande. Le gynécologue Thierry Harvey parle de "révolution" pour les femmes.

Implant contraceptif télécommandé : "les femmes, maîtresses de leur contraception"
© Drubig photo - Fotolia.com

Ça n'est pas de la science-fiction. Celles qui rechignent à prendre leur pilule tous les jours pourraient voir leur vie changer avec l'arrivée d'un contraceptif innovant. L'idée : glisser sous la peau un implant contraceptif qui délivrerait des hormones pendant 16 ans et dont la particularité serait de pouvoir être activé ou désactivé par son utilisatrice grâce à une télécommande on / off. L'implant est développé au célèbre institut de technologie du Massachusetts (MIT) et financé par la fondation Bill & Melinda Gates. Il se présente sous la forme d'une puce de 2 cm pour une épaisseur de 7 mm, associée à un réservoir d'hormones. Une fois implanté sous la peau du bras, du ventre ou encore des fesses, le contraceptif diffuse quotidiennement une dose de 30 microgrammes de contraceptif. 

16 ans de tranquillité. Aujourd'hui, les implants contraceptifs disponibles en France se présentent sous la forme de petits bâtonnets de la taille d'une allumette que le médecin insère puis retire en temps voulu sous anesthésie locale. On peut les garder maximum 3 ans. "Avec ce nouveau concept, les femmes sont tranquilles pendant 16 années !, s'enthousiasme le Dr Harvey, gynécologue-obstétricien à l'hôpital des Diaconesses à Paris. Et surtout, elles peuvent inactiver elles-mêmes leur contraception, quand elles le décident et sans intervention médicale. Les femmes deviennent maîtresses de leur contraception !" 

Pas de risques cardio-vasculaires. L'hormone contenue dans cet implant électronique n'est autre que le lévonorgestrel, une hormone bien connue par les médecins. De fait, il entre dans la composition de plusieurs contraceptifs, notamment la micropilule Microval®, le DIU hormonal (Mirena®), mais aussi dans la contraception d'urgence (Norvelo®). C'est un point positif de cet implant : on a suffisamment du recul sur son utilisation. De plus, il ne contient pas d'oestrogènes, contrairement aux pilules de 3e et 4e génération. "Les effets secondaires du lévonorgestrel sont étudiés depuis 50 ans. C'est un contraceptif robuste, sûr et qui ne provoque pas de complications cardiovasculaires", confirme le Dr Thierry Harvey.

Disponible en 2018. La puce contraceptive télécommandée pourrait arriver sur le marché en 2018. Pour le moment, on ne connait pas son mode d'action précis : est-ce qu'il inhibera l'ovulation ? Est-ce qu'il aura une action anti-glaire cervicale ? Il est trop tôt pour le dire. Il faudra également s'assurer de la sécurité de la puce (pas question qu'on vienne nous hacker !). "Tout cela reste à préciser, mais en tout cas sur le concept, c'est une idée géniale ! D'autant qu'avec la puce on peut imaginer plein de choses, par exemple une interaction avec un smartphone... ". 

Bien sûr, certaines d'entre nous sont sans doute réticentes à l'idée d'avoir une puce implantée dans le corps pendant une période aussi longue. Selon le Dr Harvey, l'idée n'est pas de plaire à toutes les femmes, mais bien "d'élargir l'offre contraceptive". 

Sondage

Implant contraceptif télécommandé : pour ou contre ?

Tous les sondages