15 idées reçues sur la contraception Le préservatif est un contraceptif comme les autres

 Vrai et Faux.

pilule ou préservatif ?
Pilule ou préservatif ? © Katie Little - Fotolia.com

Si le taux d'échec contraceptif de la pilule est théoriquement de moins de 1 %, en pratique il est d'environ 8 %. Et pour les préservatifs ? S'ils sont correctement utilisés, il n'y a que 3 % d'échecs pour le préservatif masculin et 5% pour le préservatif féminin. En revanche, avec une utilisation moins "soigneuse" les échecs peuvent être plus importants qu'avec une pilule, jusqu'à 14 % pour le préservatif masculin et 21% pour le préservatif féminin. Les préservatifs ne sont efficaces que si on les utilise pour TOUS les rapports sexuels, à TOUT moment du cycle, car il n'y a pas de période "sans risque".
Le Dr Letombe précise que "le taux d'échec est plus important chez les jeunes, moins habitués à manipuler correctement le préservatif." 

Double protection : hormonale et locale

Attention, si le préservatif n'est pas le plus efficace des contraceptifs pour éviter une grossesse, il est le seul capable de protéger de la transmission des infections sexuellement transmissibles (IST). Son utilisation est donc indispensable tant que le couple n'est pas stable et n'a pas fait d'analyses afin de connaître son statut vis-à-vis des différentes IST.

"Si on ne souhaite pas de grossesse et qu'on n'est pas dans une relation stable, la meilleure solution est la double protection : contraception hormonale (pour bloquer l'ovulation) et locale (préservatif pour éviter les IST)", préconise le Dr Letombe.

A noter : choisissez toujours de préférence les marques portant le sigle CE (Communauté européenne) ou NF (Norme Française).

Sommaire