15 idées reçues sur la contraception Qui dit contraception, dit effets secondaires

 Faux.

une pilule adaptée n'entraîne pas d'effets secondaires.
Une pilule adaptée n'entraîne pas d'effets secondaires. © Edyta Pawlowska - Fotolia

Pour certaines femmes, la prise de pilule entraîne de désagréables effets secondaires. Du coup, elles se disent qu'il n'y a pas de contraception efficace pour elles.

La gynécologue Brigitte Letombe explique : "Il faut chercher une contraception adaptée à chaque femme. Anneau, patch, stérilet, implant et bien sûr la pilule sont disponibles. En fonction de son mode de vie (tabagisme), de son histoire (âge, risque vasculaire...), on choisit avec elle la contraception qui est préférable. Evidemment, si elle n'est pas adéquate, le gynécologue pourra la changer. Ne pas supporter un type de contraception n'est pas une fatalité !"

Consulter un gynécologue

"Il est préférable de faire appel à un gynécologue dans un premier temps car les médecins généralistes sont moins bien formés à la prescription de contraceptifs. Par contre, une fois la contraception adaptée trouvée, le renouvellement d'ordonnance peut se faire par le médecin traitant", explique le Dr Letombe.

Il faut ensuite que le corps s'habitue à la prise d'hormones. "Le cycle physiologique va être modifié et le corps devra retrouver un nouvel équilibre. Et ça peut prendre du temps. Il faut attendre la prise de 2 ou 3 plaquettes (ou 2 ou 3 anneaux, 6 à 9 patchs, 2 mois avec un stérilet) pour savoir si la pilule est adaptée ou non. Sauf effet indésirable très important, il ne faut pas arrêter une pilule 15 jours après le début sous prétexte qu'elle n'est pas adaptée : le corps n'a pas encore eu le temps de s'y adapter ! Enfin, il est utile de revoir son gynéco au bout de 3 mois et d'évaluer avec lui les effets secondaires et un possible changement de contraception" précise le Dr Letombe.

Sommaire