Herpès génital : se traiter, se protéger Une infection sans douleurs... En dehors des crises

les crises herpétiques peuvent être très douloureuses.
Les crises herpétiques peuvent être très douloureuses. © Yuri Arcurs - Fotolia

La contamination par le HSV est asymptomatique. L'infection a donc lieu sans que la personne contaminée ne le ressente et, le plus souvent, lors des rapports sexuels.

Après quelques jours à quelques semaines d'incubation, le virus se fait moins discret et entraîne divers symptômes chez certains malades.

Des petites vésicules (qui contiennent le virus) apparaissent alors au niveau des muqueuses et organes sexuels. Une infection sexuellement transmissible est soupçonnée et peut être recherchée par le médecin. Comme ce sont des symptômes fréquents d'autres IST (syphilis, chancre mou), des analyses seront souvent nécessaires pour définir s'il s'agit ou non d'herpès.  

Plus de douleurs chez la femme

Chez la femme, cette première crise d'herpès génital est souvent précédée de douleurs, de paresthésies, de brûlures, ou même d'écoulements vaginaux ou urétraux. Les lésions (vésicules) peuvent atteindre toute la vulve mais s'étendre aussi sur le périnée et la racine des cuisses. Des signes plus généraux sont aussi présents dans 30 à 60 % des cas avec une fièvre, une myalgie (douleur des muscles) et une altération de l'état général.

Chez l'homme, les symptômes de l'infection herpétique consistent essentiellement en l'apparition de vésicules (souvent douloureuses) sur le sexe.

La première crise d'herpès génital, parfois extrêmement pénible, guérit généralement en 8 à 15 jours avec un traitement antiviral. Cependant, les lésions peuvent continuer à excréter des virus pendant 20 jours voire 3 mois après l'épisode initial et donc infecter le partenaire.

Sommaire