Ce qui booste (ou pas) la fertilité Enceinte à 40 ans, c'est possible !

même si la durée de vie a augmenté, l'horloge biologique, elle, n'a pas changé.
Même si la durée de vie a augmenté, l'horloge biologique, elle, n'a pas changé. © Pixland-Thinkstock

Vrai mais c'est plus compliqué

Monica Belluci est maman pour la seconde fois à 45 ans. Laurence Ferrari a donné naissance à son fils à 43 ans. Dans les magazines people, les exemples de stars qui pouponnent passé 40 ans ne manquent pas. Alors, forcément, on se dit : pourquoi pas moi ?

Parce que si la contraception a apporté la liberté de faire "un enfant quand je veux", à l'inverse, il ne suffit pas d'arrêter la pilule pour tomber enceinte.

Tout simplement aussi parce que l'arrêt de la fertilité ne coïncide pas avec la ménopause comme beaucoup de femmes le pensent. "Ce n'est pas parce qu'on a ses règles jusqu'à 50 ans, que l'on est encore fertile. Dès 35 ans, la fertilité diminue. Entre 40 ans et 50 ans en moyenne, les cycles deviennent irréguliers et d'une manière générale, il est alors compliqué de faire un enfant", alerte Véronique Isnard.   

C'est la raison pour laquelle les procréations médicalement assistées ne sont pas prises en charge au-delà du 43 e anniversaire, les résultats sont mauvais et les risques liés aux traitements hormonaux sont moins négligeables. 

"Beaucoup de patientes font une confiance sans limite à la médecine actuelle, pensant qu'elle pourra toujours leur apporter des solutions. Même si notre espérance de vie a largement reculé, les femmes ont les mêmes ovaires qu'au Moyen-Age... Mais à l'époque, la baisse de fertilité à 40 ans n'était pas un problème !  

Il arrive un moment où les ovaires deviennent comme "sourds" et vous avez beau essayer de les stimuler, ils n'entendent plus", ajoute le Dr Isnard. 

Sommaire