Comprendre et soigner l'endométriose Confirmer le diagnostic avec une biopsie

seule une biopsie peut confirmer le diagnostic d'endométriose.
Seule une biopsie peut confirmer le diagnostic d'endométriose. © KaYann - Fotolia.com

Poser le diagnostic de l'endométriose n'est pas chose aisée. D'abord, parce que les symptômes varient tellement en fonction de la localisation qu'il n'y a pas de tableau clinique précis de la maladie. Ensuite, parce que la plupart des examens disponibles donnent une indication mais pas une certitude quant à la présence ou non de cette maladie.
C'est pourquoi beaucoup de femmes souffrent d'endométriose sans être pour autant diagnostiquées. On estime ainsi que 10 % des femmes menstruées souffrent de cette pathologie, mais que seules environ la moitié sont diagnostiquées et bénéficient éventuellement d'un traitement.

Passons en revue les différentes méthodes à disposition des médecins.

 L'examen clinique, notamment le toucher vaginal, permet de détecter une éventuelle anomalie autour de cette zone. Encore faut-il qu'il soit correctement effectué et que les lésions se situent à cet endroit.

 L'échographie et l'IRM peuvent aussi donner une indication. Ces deux examens peuvent révéler la présence de kystes liés à l'endométriose par exemple. "Le problème, c'est qu'il y a beaucoup de faux positifs, note le Pr Canis. Parfois, il s'agit de simples kystes hémorragiques, trop facilement confondus avec de l'endométriose. D'un côté, nous avons donc un sous-diagnostic, de l'autre un diagnostic erroné et excessif."

 La seule façon de s'assurer qu'il s'agit bien d'endométriose, c'est l'histologie : "Il faut effectuer une biopsie et analyser les tissus prélevés."

Sommaire