Le vrai du faux sur les traitements hormonaux de la ménopause Idée n°9 : le THS fait prendre du poids

 

Toutes ces hormones qu'on vous donne, vous avez un peu peur que cela vous fasse grossir. D'ailleurs, c'est bien connu, beaucoup de femmes prennent quelques kilos, notamment au niveau du ventre, à la ménopause. Pour vous, c'est lié à ce traitement.

Au contraire, le THS permet souvent de garder des formes féminines. Sans quoi, en l'absence d'hormones féminines, les graisses ont tendance à se répartir différemment et d'une façon que vous jugerez probablement moins harmonieuse : c'est le fameux petit ventre de la ménopause, par exemple.

Equilibrer le traitement

Ceci dit, si le dosage du THS n'est pas adapté à la patiente, il peut également modifier la silhouette. Ainsi, un mauvais équilibre entre oestrogènes et progestérone peut entraîner un peu de rétention d'eau. Il sera facile de corriger ce souci par un léger rééquilibrage. De même, la quantité d'oestrogènes nécessaires pour se sentir bien varie d'une femme à l'autre. Si la dose prescrite est trop élevée, elle peut entraîner une petite prise de poids. Tout devrait rentrer dans l'ordre une fois le bon dosage trouvé.

Mais encore une fois, le THS ne fait pas tout, ni dans un sens ni dans l'autre. La prise de poids au fil des ans est fréquente, chez les hommes comme chez les femmes. Dès la trentaine, la masse musculaire commence à diminuer et peut être progressivement remplacée par de la graisse. Pour lutter contre ce phénomène autant que possible, il convient donc d'avoir une alimentation équilibrée et, surtout, une activité physique suffisante. Ce qui fait souvent défaut chez les femmes à la cinquantaine. Natation, footing, club de sport... L'idéal est de pratiquer le sport de son choix, au moins trois fois par semaine.

 

Sommaire