Ces questions sexualité que l'on n'ose pas poser Avec la ménopause, ma libido est en berne, c'est pour toujours ?

il est tout à fait possible de conserver une vie épanouie sur tous les plans
Il est tout à fait possible de conserver une vie épanouie sur tous les plans après la ménopause. © Yuri Arcurs - Fotolia.com
La ménopause survient chez la femme autour de la cinquantaine : les ovaires sont arrivés à bout de souffle : petit à petit l'ovulation, qui a normalement lieu chaque mois, disparaît. Les règles s'arrêtent et les taux d'hormones chutent. C'est cette diminution drastique de la quantité d'hormones féminines dans l'organisme qui peut conduire à une baisse de la libido. Sans compter que cette période est difficile à vivre psychologiquement, ce qui peut entraîner un blocage.

Il est tout à fait possible, aujourd'hui, d'y remédier et de maintenir une vie sexuelle épanouie après 50 ans. Quelques mesures plus ou moins faciles à mettre en œuvre peuvent vous aider.

 L'une des difficultés avec la chute des hormones, c'est que le vagin se lubrifie beaucoup moins facilement. En outre, avec l'âge, il devient moins élastique et les rapports sont rendus plus difficiles. Il est possible d'utiliser un gel lubrifiant classique. Mais le mieux, c'est peut-être le gel à base d'oestrogènes à appliquer localement, plusieurs fois par semaine. Une sorte d'antirides pour les parties génitales, qui permet à la femme d'être plus "réceptive" et plus sûre d'elle.

 Autre idée, plutôt simple à appliquer : il est recommandé de faire l'amour fréquemment. Ainsi, les glandes de la lubrification seront plus sollicitées et resteront plus facilement en "bon état de marche".

 L'activité physique est aussi recommandée, d'autant qu'elle contribue à maintenir une bonne vitalité générale.

 Si malgré tout, votre libido reste désespérément au niveau zéro, peut-être trouverez-vous une solution avec les traitements hormonaux substitutifs de la ménopause. Ces hormones de synthèse permettent d'atténuer, voire de faire disparaître, tous les symptômes liés à la ménopause, y compris le manque de désir. Demandez quoi qu'il en soit conseil à votre gynécologue.

 

Sommaire