Ces questions sexualité que l'on n'ose pas poser A quoi est due l'impuissance et peut-on la soigner ?

les pannes deviennent généralement plus fréquentes après la cinquantaine ou la
Les pannes deviennent généralement plus fréquentes après la cinquantaine ou la soixantaine. © JPC-PROD - Fotolia.com

Elle est redoutée par les hommes, surtout passée la cinquantaine. En médecine, l'impuissance est plutôt désignée sous le terme plus nuancé de dysfonction érectile. Attention, ce n'est pas parce qu'un homme a une "panne" de temps en temps qu'il souffre de troubles de l'érection, loin de là. La panne est normale et quasiment inévitable au cours d'une vie. En revanche, si cela se répète régulièrement et que cela porte atteinte à la vie sexuelle de la personne concernée, il y a un problème.

Techniquement, l'impuissance se manifeste par l'incapacité de l'homme à obtenir ou à maintenir une érection suffisamment rigide pour permettre un rapport sexuel satisfaisant, en particulier la pénétration vaginale.

Cette pathologie peut avoir des origines diverses. La cause la plus fréquente, c'est la barrière psychologique : éducation trop stricte, peur de l'intimité, premières expériences ratées, dépression, conflit avec la partenaire...  D'autres fois, surtout en vieillissant, un problème physiologique provoque cette dysfonction. Là encore, plusieurs paramètres peuvent intervenir.

 Des maladies peuvent induire une diminution de la qualité de l'érection. Il peut s'agir d'hypertension, de diabète, d'athérosclérose, de sclérose en plaques...

 Certains médicaments sont également à l'origine de dysfonctions érectiles. C'est le cas de certains antidépresseurs, des antihypertenseurs ou des antiparkinsoniens, par exemple.

 Ce peut être les nerfs érecteurs, situés de chaque côté de la prostate, qui sont atteints. Cela arrive relativement souvent lorsqu'on a dû subir une ablation de cette glande pour cause de cancer.

 Une baisse du taux de testostérone, hormone masculine par excellence, peut elle aussi induire une dysfonction érectile. Mais elle est plutôt, généralement, synonyme de baisse de la libido.

Thérapies et médicaments

Aujourd'hui, de nombreuses solutions existent pour régler ce problème. Tout dépend bien sûr de la cause.

 Si elle est psychologique, une psychothérapie semble être indispensable sur le moyen terme. Elle pourra être accompagnée de la fameuse pilule bleue, qui produit une érection automatique environ 1 h après absorption. Elle permet de retrouver confiance en soi, même si l'érection serait théoriquement possible sans elle.

 S'il s'agit d'une déficience d'hormones, des injections intramusculaires d'androgènes peuvent être envisagées.

 Des cures d'alpha-bloquants permettent souvent de retrouver une bonne érection.

 L'injection intra-caverneuse consiste à introduire soi même, via des piqûres dans la verge, un liquide qui permet aux vaisseaux de se dilater. L'érection survient quelques minutes plus tard.

 Le Viagra est aujourd'hui le médicament le plus connu. Attention toutefois, il comporte de nombreux effets secondaires et contre-indications.

 Ultime recours : la prothèse. Elle peut être gonflable ou semi-rigide. Attention, il s'agit là d'une opération importante : elle détruit le corps caverneux et empêchera donc par la suite toute érection naturelle. Cette méthode n'est donc utilisée que quand aucune autre méthode n'a porté ses fruits.

 

Lire aussi

 

Sommaire