Ces questions gynéco qu'on n'ose pas poser Pourquoi ai-je des règles irrégulières ?

le corps est sensible au stress mais aussi aux variations hormonales.
Le corps est sensible au stress mais aussi aux variations hormonales. © Adam Borkowski - Fotolia

Le cycle de la femme se calque peu ou prou sur celui de la lune, soit 28 jours. En théorie, les règles reviennent donc, en moyenne, toutes les quatre semaines. Seulement voilà, vous, vous n'êtes pas réglée comme du papier à musique, c'est le moins que l'on puisse dire. Parfois vous attendez vos règles deux mois, d'autres fois elles reviennent au bout de 26 jours. Ou 35, ou 42 ou plus. C'est selon. Pas très pratique pour planifier vos activités. Et potentiellement anxiogène si vous avez une vie sexuelle et peur de tomber enceinte.

Pas de panique : les règles irrégulières concernent toutes les femmes à un moment ou l'autre de leur vie et c'est rarement grave.

 A l'adolescence, pendant les premières années de menstruation, le cycle n'est à peu près jamais régulier et c'est tout à fait normal. Le système hormonal est en train de mûrir. Bien souvent, il n'y a pas d'ovulation et le déficit en progestérone entraîne une irrégularité des saignements. Tout cela met environ 2 ans à se mettre en place, parfois un peu plus.

 Passé la quarantaine, plus souvent autour de 45-50 ans, beaucoup de femmes entrent dans la péri-ménopause. Le système hormonal commence à fatiguer. Il fonctionne encore, mais avec moins de régularité : parfois les cycles sont très courts, d'autres fois ils n'en finissent plus. Cela va durer quelques années avant que les saignements ne s'estompent complètement : c'est la ménopause.

 Par ailleurs, même en pleine force de l'âge, il n'est pas anormal que, de temps à autre, votre cycle ait des ratés.

Ce qui doit vous pousser à consulter, en revanche, c'est si ce phénomène se répète régulièrement, voire si votre cycle n'est absolument jamais régulier. De multiples facteurs peuvent expliquer ce souci.

 Un stress ou un choc psycho affectif peuvent provoquer une absence d'ovulation et un déficit en progestérone.

 Parfois, c'est un dysfonctionnement de la thyroïde, de l'hypothalamus ou de l'hypophyse, qui ne stimulent pas correctement la production d'hormones féminines.

 Ou alors, ce peuvent être les ovaires qui sont un peu paresseux et ne produisent pas suffisamment d'hormones, malgré la commande qui leur a été passée par le cerveau.

 D'autres fois, une production excessive d'hormones masculines empêche la régularité des cycles.

 Si tout allait bien auparavant et qu'un dérèglement durable s'est installé, il peut aussi être du à une cause organique telle qu'une infection, une tumeur, un fibrome ou encore de l'endométriose.

 Sans oublier, bien sûr, la principale raison de disparition totale des règles : la grossesse... Même si vous croyez avoir "pris vos précautions", prenez la peine de faire un test.

Dans tous les cas, si cette irrégularité persiste, il faut consulter un gynécologue afin qu'il puisse en déterminer la cause et prescrire le traitement adapté. Si toute cause organique est écartée, il pourra, par exemple, prescrire une contraception telle que la pilule, qui régule le cycle.

Autour du même sujet