Ces questions gynéco qu'on n'ose pas poser Comment se passe une première visite chez le gynéco ?

C'est une visite que vous savez indispensable mais que vous redoutez tellement que vous n'avez cessé de la repousser. Sauf que là, il devient urgent d'agir : vous avez un petit ami sérieux et voulez entamer une contraception ou tout simplement un symptôme qui nécessite de consulter. Ca y est, c'est sûr, il vous faut rendre visite à un gynécologue.

pas forcément agréable, la première visite est un passage obligé.
Pas forcément agréable, la première visite est un passage obligé. © Iurii Sokolov - Fotolia.com

On vous l'accorde, ce n'est pas la consultation la plus agréable de l'année. Mais finalement, le plus difficile dans tout cela, c'est encore l'appréhension. Vous verrez qu'une fois sur place, il n'y a pas grand-chose à redouter.

 La première étape consiste à choisir quelqu'un qui devrait vous inspirer confiance. Homme ou femme, à vous d'imaginer avec qui vous vous sentirez le plus à l'aise. Vous pouvez prendre conseil auprès de vos amies, par exemple, qui ont peut-être une "bonne adresse" à vous recommander.

 Le gynécologue va d'abord vous poser toutes sortes de questions pour mieux connaître votre situation : depuis combien de temps êtes-vous réglée, avez-vous des problèmes particuliers, êtes-vous active sexuellement, souhaitez-vous une contraception, etc.

 Dans un second temps et seulement si vous vous sentez suffisamment à l'aise, il va procéder à un examen de routine : pesée, puis palpation des seins et examen gynécologique en tant que tel. Ce dernier peut être réduit à sa plus simple expression, notamment si vous êtes vierge. C'est probablement ce que vous redoutez le plus et pourtant, ce n'est pas douloureux, désagréable tout au plus. Nue, le gynéco va vous demander de poser vos fesses au bord de la table et de poser les pieds dans les étriers, ce qui lui permet d'avoir un accès facile à vos organes génitaux. Il va d'abord vérifier ce qui se voit : la vulve et le vagin, puis les organes internes, grâce au spéculum, un instrument qui lui permet d'écarter les parois vaginales. En introduisant un doigt à l'intérieur et en palpant avec son autre main à l'extérieur, il va également déterminer si l'utérus et les ovaires sont en bonne place et en bon état de fonctionnement.

 Le frottis est sans doute la partie de l'examen que vous redoutez le plus. Pas de panique : il y a peu de chances pour que le gynéco vous en fasse un lors de votre première visite, à moins que vous ne soyez vraiment une retardataire. Le premier frottis s'effectue généralement autour de 25 ans ou quelques années après le premier rapport sexuel.  Quoi qu'il en soit, il n'est pas douloureux lui non plus. L'opération consiste à prélever à l'aide d'un petit instrument quelques cellules du col de l'utérus afin de les analyser. Tout ce que vous ressentirez c'est la froideur du métal et un petit pincement franchement supportable.  

 

Sommaire