Diane 35, une pilule pas comme les autres

Diane 35 est connue pour être la pilule prescrite aux jeunes filles gênées par leur acné. Pourtant, elle est aujourd'hui pointée du doigt par les médecins et les autorités de santé. Non seulement ce n'est pas une pilule contraceptive, mais en plus elle présente des risques plus importants de thrombose. Explications.

Diane 35, une pilule pas comme les autres
© dalaprod - Fotolia.com

[Mis à jour le 30 janvier 2013 à 12h34]. L'Agence du médicament a annoncé la suspension de Diane 35 et des ses génériques.
Après la polémique autour des pilules de 3e génération, c'est désormais au tour de Diane® 35 de susciter l'inquiétude : cette vraie-fausse pilule serait en plus dangereuse pour la santé.
Mais si Diane® 35 n'est pas une vraie pilule contraceptive alors qu'est-ce que c'est ? Au départ, lorsque Diane® 35 est mise sur le marché en juillet 1987, il s'agit d'un médicament hormonal indiqué pour traiter l'acné. De fait, cette maladie de peau est très liée aux bouleversements hormonaux qui touchent les adolescents. En cause, les hormones mâles, notamment la testostérone. Et si les filles sont touchées elles-aussi par l'acné, c'est tout simplement parce qu'une de leurs hormones, la progestérone, se transforme en hormones masculines. Certaines adolescentes en sécrètent en grande quantité et plus qu'à la normale, ce qui entraîne une sur-production de sébum et donc l'apparition massive de boutons. Lorsque les traitements classiques ne suffisent pas à enrayer l'acné, une solution consiste à prendre une pilule contraceptive. Dans le cas de Diane® 35, elle contient un œstrogène (l'éthinylœstradiol) et un progestatif, la cyprotérone, qui est surtout un antiandrogène. L'ensemble est indiqué pour traiter certains types d'acné féminine, grâce à son action antiandrogénique, donc anti-homones mâles, qui freine la production de sébum et donc l'apparition des boutons d'acné. Et compte tenu de sa composition, Diane® 35 comporte en plus un effet sur l'inhibition de l'ovulation. Cependant, aucune étude sur les propriétés contraceptives de Diane 35 n'a jamais été fournie et ses effets contraceptifs n'ont jamais été mesurés et comparés au long cours avec ceux des pilules qui contiennent un progestatif "classique". Diane® 35 est classée comme médicament contre l'acné et non comme contraceptif.

Diane 35 est classée comme médicament contre l'acné et non comme contraceptif.

C'est une des raisons pour laquelle Diane est et a toujours été très controversée. Le Dr Lorette, dermatologue, nous confiait lors d'un précédent dossier sur l'acné que "cette pilule n'a pas de réelle efficacité contraceptive" et qu'elle ne devait pas "être utilisée comme contraceptif standard". Par ailleurs, de l'avis de nombreux spécialistes, elle aurait davantage d'effets secondaires, notamment le risque de souffrir d'une phlébite plus élevé chez les utilisatrices de Diane® 35. Selon une étude menée au Royaume-Uni, ce risque est 4 fois plus élevé chez les femmes utilisant Diane 35®, par rapport aux femmes sous contraception orale classique*. L'Agence du médicament (ANSM), qui recence quatre décès imputables à une thrombose veineuse liées à Diane® 35 depuis sa commercialisation, rappelait dans un communiqué du 27 janvier que les contre-indications à l'utilisation de Diane® 35 sont notamment les antécédents de thromboses artérielles ou veineuses, ainsi que la présence de facteurs de risques cardiovasculaires.

En France en 2012, l'ANSM estime qu'environ 315 000 femmes sont traitées par Diane® 35 ou ses génériques. Alors que faire ? Le directeur de l'Agence du Médicament, Dominique Maraninchi a déclaré lundi sur RTL qu'il fallait "arrêter" d'utiliser ce traitement contre l'acné comme contraceptif. Il a confirmé par ailleurs que des "décisions seraient prises dans la semaine" concernant Diane 35 en tant que traitement contre l'acné, compte tenu de son profil de risque, des thromboses pouvant déboucher sur des embolies pulmonaires. En attendant, n'hésitez pas à contacter votre gynécologue. Sachez que si vous prenez Diane 35 ou l'un de ses génériques (Minerva, Lumalia, Evepar), de nombreuses autres pilules peuvent améliorer l'acné. Tout dépend de leur composition en œstrogènes et en progestérone. Pour simplifier, celles qui contiennent un progestatif puissant vont plutôt favoriser l'acné. Au contraire, celles qui sont plus œstrogéniques auront tendance à améliorer l'acné. 

* Vasilakis-Scaramozza C. et coll., Lancet, 358 : 1427-29, 2001.

EN VIDEO : la pilule Diane 35 est obsolète selon le gynécologue David Elia