Dépister la trisomie 21 sans amniocentèse

Dans plusieurs pays européens, les femmes enceintes pourront dès la mi-août effectuer un simple test sanguin pour dépister la trisomie 21.

Dépister la trisomie 21 sans amniocentèse
© WavebreakmediaMicro - Fotolia.com

En Suisse, en Allemagne et en Autriche, le PrenaTest va peut-être remplacer l'amniocentèse. Ce nouveau mode de dépistage mis au point par une société allemande, se résume à une simple prise de sang sur la future maman.

Selon LifeCodexx, le fabricant du nouveau test, cette prise de sang pourrait être pratiquée dès la 12e semaine de grossesse, une fois le dépistage du premier trimestre effectué. Elle pourrait permettre de dépister la trisomie 21 de façon aussi fiable que les autres méthodes, en deux semaines environ, sans risque supplémentaire de fausse couche et sans nécessiter de repos forcé pour la femme enceinte.

Jusqu'à présent, l'amniocentèse était l'examen régulièrement pratiqué chez les femmes considérées à risque. L'amniocentèse est une technique invasive qui consiste à prélever du liquide amniotique pour établir le caryotype du fœtus et repérer une éventuelle anomalie chromosomique.

S'il paraît prometteur, ce test de dernière génération ne sera pas commercialisé en France avant que son efficacité ne soit confirmée par des études cliniques dans l'hexagone, et qu'il ne soit approuvé par les différentes autorités sanitaires.

Par ailleurs, ce nouveau mode de dépistage ne fait pas l'unanimité dans les pays où il vient tout juste d'être autorisé. En Suisse, des associations de défense des personnes handicapées craignent une mise à l'écart des parents ayant laissé naître leur enfant trisomique et un refus de prise en charge par la société de ce handicap.

Sources : Le Matin, Lifecodexx.