Contraception : hausse de la prescription des pilules de 2e génération

La tendance observée depuis plusieurs mois se confirme : les Françaises préfèrent les pilules de 2e génération aux pilules de 3e et de 4e génération.

Contraception : hausse de la prescription des pilules de 2e génération
© Dalaprod - Fotolia.com

73 % versus 27 % : la part des prescriptions de contraceptifs oraux combinés de 2e génération dépasse largement celle des contraceptifs de 3e et 4e génération sur le mois de mai. Un écart qui se creuse encore un peu par rapport à avril. Dans le détail, l'Agence du médicament (ANSM) qui suit l'évolution des contraceptifs en France depuis le début d'année, note une baisse de 43 % des prescriptions de pilules de 3e et 4e génération et une hausse de 34 % de celles de 2e génération, entre mai 2012 et mai 2013. Les ventes de pilules de 2e génération les plus faiblement dosées en œstrogènes progressant même de 90 % entre décembre 2012 et mai 2013. Quant aux contraceptifs hormonaux non oraux (anneau, patch contraceptif), ils affichent une baisse de prescription de l'ordre de 11 %. A l'inverse, les autres dispositifs (implant, stérilet) augmentent de 25 %, avec une progression particulièrement marquée pour les dispositifs intra utérin au cuivre (+43 %).
Par ailleurs, une étude portant sur plus de 4 millions de femmes et réalisée en lien avec la Caisse nationale de l'assurance maladie en lien avec l'ANSM confirme l'existence d'un doublement du risque d'embolie pulmonaire avec des pilules de 3e génération par rapport à celui des 2e génération.
En décembre 2012, l'affaire de Marion Marat, une jeune patiente qui avait porté plainte contre les laboratoires Bayer après un accident vasculaire cérébral, avait révélé une trop large prescription des pilules de 3e et 4e générations.

Source : ANSM, 26/06/2013.