Cancer du sein : les aliments à éviter Exit les acides gras trans !

Cela faisait déjà bien longtemps qu'ils avaient mauvaise réputation. Mauvais pour le système cardiovasculaire, pourvoyeurs de mauvais cholestérol, de diabète... Les acides gras trans, provenant essentiellement de la transformation artificielle des huiles végétales, consommés en quantité, constitueraient également un facteur de risque du cancer du sein.

Tel est le résultat d'une étude française, menée par deux équipes, l'une de l'Inserm et l'autre de l'Institut Gustave-Roussy. Les chercheurs ont "utilisé" la cohorte de femmes de l'étude E3N, qui fait elle-même partie d'une vaste étude européenne portant sur 500 000 Européens de dix pays. Ils ont mesuré, pour plusieurs centaines d'entre elles, le taux de marqueurs dans le sang, indiquant la présence d'acides gras trans dans l'alimentation. Puis ils ont superposé cette consommation aux cas de cancers du sein développés parmi ces femmes. Résultat surprenant : les femmes consommant de fortes quantités de ces acides gras ont deux fois plus de risques de développer une tumeur cancéreuse du sein que celles ayant la consommation de ces acides gras la moins élevée.

Puisque ces acides gras trans ne semblent de toute façon apporter aucun bienfait à l'organisme, la solution est toute simple, il suffit de les éviter au maximum. Ce qui commence à devenir relativement facile grâce au travail des autorités sanitaires, qui militent pour les faire disparaître de notre alimentation.

Viennoiseries et margarine
Pour mieux comprendre, mini-cours de chimie : les acides gras trans sont présents en petite quantité à l'état naturel, dans tous les produits issus des ruminants : produits laitiers mais aussi viande bovine par exemple.

Mais surtout, ils sont utilisés dans l'industrie alimentaire : les graisses insaturées des huiles végétales sont transformées, partiellement hydrogénées, et ainsi utilisées pour donner une plus belle consistance à certains aliments comme la margarine ou les barres chocolatées. "Ce sont ces produits qui sont potentiellement néfastes, explique le professeur Jean-Marie Bourre, expert en neuro-toxicologie et en nutrition. On les retrouve essentiellement dans les margarines, les barres chocolatées et les viennoiseries." Ou plutôt, on les retrouvait, car depuis une dizaine d'années, au vu des effets néfastes de ces graisses transformées, les professionnels de l'alimentation les ont quasiment fait disparaître de leurs produits. "Mais restez vigilants et traquez sur l'emballage l'indication de graisses "hydrogénées ou partiellement hydrogénées". Et n'achetez pas ces produits." 

Sommaire