"Après mon cancer du sein, je veux aider les autres" Le traitement, période délicate pour soi et pour les proches

Quelle a été l'opération ? Vous a-t-on fait une mastectomie ou simplement retiré la tumeur ?

Le soutien de mes proches a été très important

Ester Lynne : Lors de cette première intervention, on m'a seulement - si j'ose dire ! - fait une tumorectomie, c'est-à-dire enlevé la tumeur. Le chirurgien n'avait pas eu mon "consentement éclairé" pour pratiquer une mastectomie, car on ne pensait pas trouver un cancer. Cela n'avait donc pas été évoqué. C'est plus tard que l'on m'a fait une mastectomie.

C'est douloureux une chimio ? Ca se passe comment ?

C'est plus pénible que douloureux. Le traitement en lui-même, c'est-à-dire l'injection de la chimio, n'est pas douloureux en soi. On m'avait posé un cathéter, par lequel le produit était injecté. Le plus pénible, c'est l'après-traitement, car j'ai eu beaucoup d'effets secondaires (des nausées, des vomissements, le hoquet, etc.)

Quel regard portez-vous sur les médecins en général, sont-ils suffisamment à l'écoute et humains pour prendre en compte aussi une souffrance psychique ?

Cela dépend du médecin ! Certains sont dans une logique de "soins à tous prix" et ne pensent pas à tout ce qui est autour. Par exemple, j'ai failli avoir une reconstruction qui m'aurait empêchée d'avoir des grossesses (en prélevant le muscle de l'abdomen). Ce médecin n'a pas réalisé que j'avais 33 ans et qu'à cet âge, on ne réagit pas comme à 60 ans !

En général, ils essaient de voir si les patientes ont un besoin de soutien psychologique, pour les adresser à des personnes compétentes. Moi, j'ai eu la chance d'avoir eu un soutien psychologique efficace, qui m'a certainement beaucoup aidée.

Le plus difficile, ce sont les effets secondaires de la chimio

Comment ont réagi vos proches quand vous avez annoncé que vous aviez un cancer ? Et comment vous ont ils supporté pendant cette épreuve ? Et votre conjoint ?

Mon conjoint a... disparu ! A l'annonce du diagnostic, il s'est trouvé tout un tas de soucis à régler et m'a tellement fatiguée que je lui ai donné la solution pour résoudre l'un de ses soucis : partir ! Quel courage... Heureusement, ma famille s'est montrée très présente et mes ami(e)s aussi. Cela a beaucoup compté pour moi, de ne pas être mise à l'écart et de me sentir soutenue. Surtout que cela ne doit pas être évident à vivre, pour ceux qui nous aiment. Mais le soutien est important !

 

Sommaire