Candidoses vaginales : que faire ? Les variations hormonales sont propices aux candidoses

le troisième trimestre de grossesse est propice aux candidoses.
Le troisième trimestre de grossesse est propice aux candidoses. © sylvaine thomas - Fotolia

La candidose vulvo-vaginale (CVV) est donc une infection qui se développe lorsque des facteurs favorables sont présents. Sans eux, elle reste silencieuse.

Ainsi, les études ont montré que la CVV est hormonodépendante. La contraception orale, riche en estrogènes, augmente le risque de colonisation vaginale. La colonisation n'entraîne pas forcément de symptômes mais peut être le point de départ d'une candidose. Le port du dispositif intra-utérin (stérilet) ou d'un anneau vaginal sont également des facteurs de risque incriminés dans le développement de la CVV.

Rares avant la puberté

L'importance des facteurs hormonaux dans la survenue des candidoses génitales explique sa rareté avant la puberté et l'augmentation du nombre de femmes atteintes à partir de 20 ans et durant les deux décennies suivantes. Après la ménopause, cette prévalence décroît, à l'exception des femmes qui suivent un traitement hormonal de substitution (THS).  

La grossesse est également un facteur de risque, en raison des variations hormonales, principalement pendant le troisième trimestre.

Sommaire