Cancer du sein : quels sont les produits chimiques à éviter pour réduire les risques ?

Des scientifiques américains ont identifié les substances chimiques les plus cancérigènes présentes dans l'environnement quotidien des femmes.

Cancer du sein : quels sont les produits chimiques à éviter pour réduire les risques ?
© Khorzhevska - Fotolia.com

Des résultats prometteurs pour la prévention du cancer du sein. Une étude publiée ce lundi dans la revue Environmental Health Perspectives, établit une liste de 17 substances cancérigènes qui provoquent des tumeurs cancéreuses des glandes mammaires chez les rats. Des produits du quotidien auxquels les femmes sont susceptibles d'être exposées et qui pourraient donc accroître leur risque de cancer du sein. Un lien jusqu'à présent "largement ignoré" selon les auteurs de cette étude. Sont donc à éviter :
- les textiles anti-taches,
- les produits ignifuges (produits qui rendent les canapés et meubles inflammables),
- les dissolvants,
- les produits chimiques présents dans l'essence, le gasoil et autres substances d'échappement des véhicules,
- les décapants à peinture,
- les dérivés de désinfectants utilisés dans le traitement de l'eau potable.

Les auteurs de l'étude préconisent par ailleurs une série de recommandations afin de réduire les risques, par exemple : limiter autant que possible l'exposition aux émanations d'essence ou de gasoil et aux gaz d'échappement des véhicules. A la maison, les auteurs de l'étude, recommandent d'utiliser une hotte de cuisine et de réduire la consommation d'aliments carbonisés (barbecue), mais aussi d'éviter les tapis et autres tissus d'ameublement résistants aux taches ou encore les canapés et matelas contenant de la mousse de polyuréthane traitée avec des "retardateurs de flammes". Pour le ménage et afin de réduire l'exposition aux substances chimiques contenues dans les poussières, ils conseillent d'utiliser des chiffons et serpillères humides et d'utiliser un aspirateur doté d'un filtre HEPA à particules. 

Des risques méconnus. Quand on évoque le cancer de sein, le risque présenté par les substances chimiques ne vient pas naturellement à l'esprit. Pourtant, réduire l'exposition aux produits chimiques toxiques pourrait "sauver la vie de nombreuses femmes", estime Julia Brody, directrice générale du Silent Spring Institute, co-auteure de l'étude. Et alors que les recherches effectuées jusqu'alors sur le cancer du sein ne prenaient pas en compte l'exposition des femmes à un grand nombre de cancérigènes chimiques, ces résultats devraient "guider les efforts pour réduire le contact avec ces substances liées au cancer du sein et aider les chercheurs à étudier comment les femmes sont affectées", précise encore le Dr Ruthann Rudel, directeur de la recherche.

L'Institut national du cancer chiffre à 2,89 millions au total le nombre de femmes actuellement touchées par ce cancer dans le monde. Et selon les récentes statistiques mondiales sur le cancer de l'OMS, le nombre de nouveaux cas de cancers ne cesse d'augmenter dans le monde, avec en première ligne le cancer du sein. Aussi, entre 2008 et 2012, l'incidence du cancer du sein a augmenté de plus de 20 % et la mortalité de 14 %. Dans le monde, un cancer féminin sur quatre est un cancer du sein. L'alimentation typique des pays industrialisés ainsi que les perturbateurs endocriniens (pesticides, bisphénol A) sont notamment pointés du doigt par l'organisation. 

Lire aussi