Tout ce que vous devez savoir sur le cancer du col de l'utérus Le risque de rechute est augmenté sans hystérectomie

les grossesses après opération sont généralement plus difficiles et avec un
Les grossesses après opération sont généralement plus difficiles et avec un risque de prématurité important. © Comstock - Thinkstock

La question de la fertilité est très sensible, d'autant plus quand les femmes atteintes d'un cancer du col de l'utérus sont jeunes.
Mais comme le pic de fréquence du cancer est entre 45 et 50 ans, la question ne se pose pas dans la majorité des cas et le traitement du cancer est la seule préoccupation pour les femmes et leur médecin.
Elle se pose plutôt pour des femmes qui ont entre 30 et 40 ans et qui gardent un désir de maternité. Dans ces cas-là, tout dépend de l'étendue du cancer. S'il s'agit d'une lésion précancéreuse et selon les cas, le col étant un peu raccourci par la conisation, un cerclage peut être nécessaire pendant la grossesse et l'accouchement est souvent prématuré.
S'il s'agit d'une petite tumeur très limitée et que la femme est jeune, il est possible de ne retirer que la tumeur. Mais il faut savoir que les risques de rechute sont plus importants que lorsqu'on procède à une hystérectomie. Pour le Dr Susy Scholl, "il est plus sage d'enlever l'utérus et les ganglions pour éradiquer le cancer à 100 % et ne pas lui laisser de chance de revenir."

Des grossesses difficiles avec risque de prématurité

Le Dr Claire Charra-Brunaud est du même avis : "Il existe quelques cas où l'on peut se passer de l'hystérectomie, mais ils sont très rares et très réfléchis. Les conditions pour l'éviter sont le jeune âge de la patiente mais surtout que la maladie soit à un stade très débutant. Dans ce cas-là, on fait une opération conservatrice où l'on coupe le col mais sans toucher à l'utérus."
Si l'utérus est ainsi préservé, il faut préciser que les grossesses ne sont pas toujours simples comme l'explique le Dr Charra-Brunaud : "Les grossesses qui suivent ce genre d'intervention sont généralement difficiles et le risque de prématurité important."

Sommaire