Tout ce que vous devez savoir sur le cancer du col de l'utérus Le frottis a un rôle diagnostique et préventif

les écouvillons, brosse et lames nécessaires pour effectuer le frottis.
Les écouvillons, brosse et lames nécessaires pour effectuer le frottis. © Renée Le Floch - L'Internaute Magazine

Le frottis se fait lors des contrôles chez le gynécologue. Il permet un dépistage précoce d'anomalies au niveau du col utérin que ce soit lié à des lésions précancéreuses ou à des infections génitales indique le Dr Susy Scholl. Il s'agit de prélever des cellules sur le col de l'utérus à l'aide d'une petite brosse, lors de l'examen gynécologique. Ces cellules seront ensuite analysées au microscope et permettront de détecter ou non une lésion sur le col en fonction de leur caractéristique (forme, taille, etc.).

Importance du frottis régulier

Si le frottis est normal cela signifie que les cellules analysées avaient les caractéristiques de cellules normales du col de l'utérus. Si le frottis est positif (ou ASC-US high) cela signifie que les cellules analysées ne correspondaient pas totalement aux cellules dites normales et qu'il faut procéder à une vérification plus précise.

Les frottis sont recommandés chez toutes les femmes dès le premier rapport sexuel. Il est conseillé d'en faire un second l'année suivante puis d'espacer les frottis tous les trois ans. Il permet à la fois de détecter les lésions précancéreuses (qui peuvent être traitées totalement et éviter le développement d'un cancer) mais aussi les états plus avancés lorsque, par exemple, les frottis n'ont pas été réguliers.

Les limites du dépistage

Le frottis peut parfois être un faux négatif, la régularité de l'examen est donc indispensable. De même, il existe des faux positifs (qui correspondent aux doutes liés à l'interprétation des cellules) qui peuvent inquiéter inutilement les femmes.

Autre limite du dépistage, une femme peut, après plusieurs frottis négatifs, décider de ne plus consulter régulièrement. Le risque est de développer des lésions précancéreuses qui évoluent en cancer et donc entraîner à terme un traitement plus lourd.

Sommaire