La blennorragie : manifestations et traitement

La blennorragie, également appelée gonococcie ou gonorrhée, est une maladie sexuellement transmissible causée par une bactérie, le gonocoque. Cette infection bénigne qui provoque une inflammation de l'urètre nécessite une prise en charge précoce pour éviter tous risques de complications.

La blennorragie : manifestations et traitement
© studiovespa - Fotolia.com

Quels sont les modes de transmission de la blennorragie ?

La transmission du gonocoque responsable de la blennorragie s'effectue par contact sexuel, dans le cadre de rapports buccogénitaux, vaginaux ou anaux. Même s'il n'est pas toujours suffisant, le port du préservatif est donc le seul moyen de prévention efficace de cette maladie. En présence de conduites à risques (rapports sexuels avec des partenaires non protégés), le risque de contracter une blennorragie augmente.

Quelles sont les manifestations de la blennorragie ?

Chez la femme, la blennorragie est fréquemment asymptomatique et passe donc inaperçue. Dans le cas contraire, elle se manifeste notamment par des écoulements et saignements vaginaux, une inflammation de l'urètre, du col de l'utérus ou du rectum, ou encore des picotements urinaires. Une blennorragie peut également se manifester sous la forme de pathologies inflammatoires : comme une cervicite ou une urétrite notamment.

Quelle prise en charge thérapeutique est envisagée ?

Le diagnostic repose sur un prélèvement au niveau du col utérin pour mise en culture : l'examen microscopique permet de mettre en évidence la présence du germe. Le traitement repose sur une antibiothérapie en dose unique. En cas de complications, il peut être poursuivi plusieurs jours. Les patientes présentant une gonorrhée sont également traitées contre l'infection à chlamydia : en effet, ces deux infections sexuellement transmissibles sont souvent associées.

Quels sont les risques de complications ?

Les complications sont rares, mais potentiellement sérieuses, notamment dans le cas des blennorragies asymptomatiques diagnostiquées tardivement : l'inflammation des trompes de Fallope (salpingite), l'infection de l'endomètre (endométrite) ou la pelvi-péritonite en font partie. Dans le second cas, la blennorragie peut entraîner une stérilité et augmenter les risques de grossesse extra-utérine et tubaire.

A retenir :

*Deuxième cause d'inflammation de l'urètre en France
*Infection sexuellement transmissible hautement contagieuse
*Bénigne si elle est prise en charge précocement

Pour aller plus loin

Ce soir, tu risques de coucher avec la blennorragie" (PDF), Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES) http://www.inpes.sante.fr/CFESBases/catalogue/pdf/1217.pdf