Se protéger de l'infection rénale

Complication plus ou moins fréquente de cystites récidivantes, l'infection rénale ou pyélonéphrite, peut être évitée grâce à des gestes simples.

Une fois qu'on a eu une cystite, infection urinaire bénigne mais très pénible, les risques de récidive sont importants. C'est pourquoi il est primordial d'adopter certains gestes simples pour les éviter. Cela est d'autant plus important que cette infection de la vessie peut "remonter" jusqu'au rein et là, c'est la pyélonéphrite. En plus des difficultés mictionnelles caractéristiques de la cystite (besoin fréquent d'uriner malgré un très faible volume, douleurs lors de la miction, douleurs dans le bas ventre), cette infection rénale provoque de la fièvre accompagnée de frissons, des nausées et vomissements et des douleurs dans le bas du dos.

 

Environ un tiers des patients souffrant de pyélonéphrite ont des symptômes de cystite. De manière générale, toute obstruction des voies urinaires est susceptible de provoquer la pyélonéphrite : calcul rénal, augmentation de taille de la prostate, etc. L'infection peut toucher un ou deux reins et est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes.

 

Pour éviter la récidive de cystite et donc un éventuel risque d'infection rénale, il existe 5 gestes simples :

 Boire beaucoup de manière générale et plus particulièrement les boissons diurétiques : thé, café mais aussi et surtout de l'eau !

 Aller souvent aux toilettes, dès que le besoin se fait sentir.

 Uriner après chaque rapport sexuel.

 Avoir une hygiène intime irréprochable. Cela passe notamment par le fait de se nettoyer de l'avant vers l'arrière, de façon à ne pas amener les bactéries siégeant près de l'anus vers l'uretère. Pour votre toilette intime, n'utilisez pas de savons trop agressifs : ils finissent par détériorer la flore vaginale qui protège naturellement des bactéries. Préférez de l'eau savonneuse, en toilette superficielle uniquement.

 Boire régulièrement du jus de canneberge (que l'on trouve le plus souvent commercialisé sous le nom anglais de jus de cranberry). Cette petite baie rouge est riche en anti-oxydants et contient une substance qui inhibe la prolifération bactérienne et rend les urines acides (ce qui crée un environnement défavorable à la croissance bactérienne). Si vous n'aimez pas cela (le goût est particulièrement acide), il existe des versions mélangées à d'autres jus, comme celui de mangue ou de myrtilles. A l'inverse, une boisson comme la bière est fortement déconseillée puisqu'elle rend les urines basiques, propices donc à l'infection bactérienne.

 

Une fois diagnostiquée (à l'aide d'un examen clinique et de l'analyse des urines), l'infection rénale se soigne simplement à l'aide d'antibiotiques. Attention à bien respecter le traitement prescrit par votre médecin et en particulier à ne pas le stopper dès la disparition des symptômes. Cela peut avoir pour conséquence de ne pas tuer efficacement les bactéries responsables de l'infection et d'augmenter ainsi le risque de récidive.