Don de gamètes : l'Agence de la Biomédecine tire la sonnette d'alarme

Dans une campagne menée du 2 au 26 novembre, l'Agence de Biomédecine alerte sur le manque de don de gamètes pour les couples infertiles. A l'heure du débat sur l'ouverture de la PMA aux femmes seules et aux couples lesbiens, la sensibilisation aux dons de spermatozoïdes et d'ovules est de mise.

Don de gamètes : l'Agence de la Biomédecine tire la sonnette d'alarme
©  nevodka / 123RF

Spots sur des radios nationales, films d'animation au cinéma, bannières animées sur internet... La campagne de sensibilisation aux dons de gamètes menée par l'Agence de Biomédecine du 2 au 26 novembre se décline sur tous les supports afin de toucher un maximum de donneurs potentiels. Si en 2015, 540 femmes ont donné des ovocytes et 255 hommes des spermatozoïdes, aujourd'hui il faudrait 1 400 donneuses et 300 donneurs par an pour répondre à tous les couples en situation d'infertilité. En effet, chaque année, ils sont 3 500 à s'inscrire pour bénéficier d'un don... Vous avez dit "pénurie" ?

Une demande qui n'a pas fini d'augmenter !

En 2018, la révision de la loi de bioéthique sur l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux femmes seules et aux couples lesbiens, promet d'augmenter considérablement le besoin de gamètes. Si jusqu'à présent aucun engagement clair n'a été pris par le gouvernement sur le sujet, la future consultation pourra changer la donne. En effet, selon la Fédération national des Centres de conservation des œufs et du sperme humain (Cecos), interrogé par Le Monde, la demande pourrait doubler si la législation évolue !

Dernière étape d'un long parcours d'assistance médicale à la procréation (AMP), la réception de gamètes permet à un couple infertile d'accéder à la parentalité. L'Agence de Biomédecine, aux côtés des professionnels de santé et des associations, mise ainsi sur la générosité du grand public face à cette problématique grandissante. 

Les conditions pour devenir donneur

Anonymat, gratuité et libre consentement sont les trois grands principes éthiques qui régissent le don de gamètes. Il faut également être en bonne santé et avoir entre 18 et 37 ans pour les femmes et 18 et 45 ans pour les hommes. A noter que depuis janvier 2016, un arrêté autorise le don de gamètes aux adultes sans enfants.

Les conditions pour recevoir un don de gamètes

Pour le moment, le don de gamètes bénéficie à des couples hétérosexuels en âge de procréer mais dans l'impossibilité de devenir parents pour des raisons médicales. Deux situations leur permettent de devenir receveurs :

  • En cas d'absence ou de de défaillance des gamètes chez l'homme ou  la femme
  • Pour éviter la transmission d'une maladie grave à l'enfant ou à l'autre membre du couple

Un site internet dédié à l'information pour les donneurs et receveurs

Pour découvrir les conditions et les modalités pratiques en tant que donneur ou receveur, deux sites sont mis à disposition : dondovocytes.fr et dondespermatozoides.fr.

Vous y trouverez également les coordonnées des centres de don dans chaque région, des quiz pour découvrir votre profil de donneur et la possibilité de s'inscrire à une newsletter.

A lire aussi :