Le fibrome utérin, une maladie bénigne encore méconnue

Le fibrome utérin est une tumeur bénigne qui se manifeste par une petite masse de fibres musculaires et qui se développe sur la paroi de l'utérus. Qui est concerné ? Quelle est la prise en charge ? Tout ce qu'il faut savoir sur l'une des pathologies les plus fréquentes chez la femme.

Le fibrome utérin, une maladie bénigne encore méconnue
© 123RF - Olena Yakobchuk

Qu'est ce qu'un fibrome utérin ?

Également appelés myomes, méiomyomes ou fibromyomes, les fibromes utérins "sont non cancéreux et il s'agit d'une maladie qui se soigne", insiste le Dr Katty Ardaens, gynécologue à Lille. Ils se développent au niveau de l'utérus (à l'intérieur du tissu musculaire utérin, dans la cavité pelvienne, dans la cavité utérine) et apparaissent seuls ou en groupe. Si certains fibromes sont quasiment microscopiques, d'autres peuvent atteindre la taille d'un pamplemousse.

Qui est concerné ?

Ces tumeurs bénignes, qui concernent 20 à 40% des femmes, peuvent être héréditaires ou favorisées par une sécrétion d'œstrogènes importante et touchent particulièrement les femmes entre 30 et 50 ans. De plus, le risque de développement de fibromes augmente avec l'indice de masse corporelle (IMC).  En 2012, plus de 42 000 cas de fibromes utérins symptomatiques ont été comptabilisés en France et plus de 33 000 interventions chirurgicales ont été réalisées après ce diagnostic.

Causes et symptômes

Selon l'enquête "Les mots des maux"* réalisée en été 2016, par l'Institut de sondage IPSOS, pour Gedeon Richter France, dans la plupart des cas, les fibromes n'occasionnent aucun symptôme. Cependant, certaines femmes souffrent de symptômes parfois très gênants tels que des saignements menstruels abondants et fatigants, différentes douleurs, des crampes, une constipation ou des envies fréquentes d'uriner. Enfin, certaines femmes atteintes de fibromes éprouvent des difficultés à avoir un enfant.

Le Dr Ardaens ajoute "64% des femmes souffrant d'un fibrome utérin se disent fatiguées et stressées, contre 43% des femmes sans fibrome". Également, selon cette étude approfondie, pour 80 % de ces femmes, la présence d'un fibrome s'accompagne de gêne concernant la vie sentimentale et sexuelle, professionnelle, sociale et familiale.

Prévention et prise en charge médicale

Bien qu'il soit impossible de prévenir l'apparition d'un fibrome utérin, il est avéré que les femmes actives seraient moins sujettes que les femmes dont la masse corporelle est plus élevée. Faire régulièrement une activité sportive pourrait ainsi assurer une certaine protection à la formation et à la croissance des fibromes utérins. Ces tumeurs peuvent être détectées par un professionnel de santé au cours d'un examen de routine.

Puisque la majorité des fibromes utérins sont indolores ou asymptomatiques, les médecins proposent simplement une observation vigilante de l'évolution du fibrome, mais pas de traitement systématique. Lorsqu'une prise en charge médicale s'avère nécessaire, il existe plusieurs solutions : une intervention chirurgicale (de l'ablation d'un ou plusieurs fibromes à l'ablation de l'utérus) ou un traitement des symptômes, en fonction du profil de la patiente et de la taille du fibrome. Des antalgiques contre la douleur ou des médicaments qui réduisent le volume des saignements suffisent parfois à soulager les symptômes. Ainsi, les progestatifs ont pour objectifs de réduire les hémorragies utérines en permettant l'inhibition de la prolifération de l'endomètre."Il faut davantage insister sur le fait que des solutions existent pour soigner les fibromes. En tant que médecin, nous devons développer et expliquer à nos patientes les solutions thérapeutiques existantes pour minorer les symptômes et les sentiments de gêne", conclut le Dr Ardaens.

Plus d'infos sur le site Actionfibrome.fr, conçu par des experts : il répertorie les dernières données scientifiques sur le sujet pour permettre de mieux comprendre la pathologie et de mieux gérer ses symptômes.

*étude réalisée auprès de 1 287 femmes, dont 302 souffrant de fibromes utérins avec symptômes. 

Lire aussi