Changer de contraception : trouver celle qui me convient 

Avant d'opter pour une méthode contraceptive, il est nécessaire de se poser les bonnes questions et de déterminer ses besoins en fonction de ses habitudes de vie et de son profil médical.

© 123RF - auremar

La méthode de contraception relève d'un choix personnel, mais il n'est pas toujours évident de choisir celle qui est la plus adaptée. Parmi toutes celles disponibles sur le marché, il  y en a forcement une qui vous convient. Même si la pilule reste la contraception la plus populaire, il existe d'autres alternatives en fonction de ses envies, de ses besoins, de son mode de vie, de sa situation médicale ainsi que de ses antécédents médicaux. Faisons le point pour choisir, en connaissance de cause, la contraception la plus adaptée à sa situation.

Selon son âge

La contraception orale semble la meilleure méthode contraceptive pour les jeunes filles, qui doivent bénéficier d'une bonne protection, au vu de leur fertilité optimale, et à qui la pilule est rarement contre-indiquée. Le Dr Durand, gynécologue à Paris, ajoute : "il est même parfois conseillé aux adolescentes qui débutent leur vie sexuelle de doubler la contraception et de combiner le préservatif à la pilule."

Plus l'âge avance, plus les contre-indications de la pilule deviennent fréquentes. En effet, "les pilules combinées (oestro-progestative) conviennent à la plupart des femmes ne présentant pas de contre-indications (diabète grave, phlébite, maladies du foie...). Les pilules micro-progestatives sont plutôt prescrites aux femmes dont la pilule combinée est contre-indiquée", précise le gynécologue. Quoi qu'il en soit, dès 40 ans et en l'absence de contre-indication, préférez les pilules micro-progestative.

Une contraception doit être poursuivie jusqu'à la ménopause complète, car, en effet, une grossesse, même rare, reste toujours possible, et ce, même lorsque les menstruations ne sont plus régulières. A la ménopause, la contraception locale ou le stérilet restent de bons moyens contraceptifs. En l'absence de contre-indication, une pilule combinée peut supprimer les symptômes à l'approche de la ménopause comme les bouffées de chaleur ou la sensation de fatigue.

Selon ses habitudes de vie et son profil médical

Pour les fumeuses de plus de 35 ans, et celles qui fument plus de 15 cigarettes par jour, ou qui ont fumé plus de 15 années, comme pour celles qui ont un risque cardiovasculaire, il est préférable de ne pas utiliser de contraceptif contenant des oestrogènes (pilule, anneau vaginal ou patch). Chez les fumeuses de moins de 35 ans, particulièrement celles qui fument peu, un recours à la pilule oestro-progestative est possible, selon leurs antécédents médicaux et avec un suivi médical régulier.

"Après 40 ans, le tabagisme contre-indique formellement la contraception orale. Le médecin prescrit plutôt une pilule progestative, un implant, de la progestérone injectable, ou un stérilet au cuivre ou aux progestatifs", souligne l'expert.

Si vous voyagez beaucoup, le décalage horaire peut compliquer la prise de pilule à heures fixes. Le patch contraceptif est tout aussi efficace, pratique et simple d'utilisation, particulièrement pour les femmes qui ont tendance à multiplier les oublis de pilule.

Selon sa situation personnelle

Célibataire ou en couple stable ? Les méthodes de contraception peuvent varier en fonction de la situation amoureuse. Lors de rapports sexuels peu fréquents, les spermicides semblent plus efficaces que le diaphragme combiné à la gelée spermicide, mais leur utilisation reste relativement contraignante. Comme le diaphragme, la cape cervicale implique un certain savoir faire, afin de l'introduire, de le placer correctement, et de le retirer. Cette méthode de contraception est surtout efficace chez les femmes n'ayant jamais eu d'enfant. En effet, chez les femmes ayant déjà eu des enfants, le vagin a subit une modification de taille et d'aspect qui empêche la cape de recouvrir la totalité du col de l'utérus.

Lorsque les rapports deviennent plus fréquents, il est naturel de rechercher une contraception plus confortable, ainsi, vous pouvez avoir recours à la pilule contraceptive. En l'absence de contre-indication, une pilule moyennement dosée semble une bonne méthode ou en cas de contre-indication aux oestro-progestatifs, une pilule micro-dosée, composée d'un progestatif, peut être utilisée. "Il faut opter pour un certain type de pilule selon ses antécédents et ce que l'on souhaite (prise continue, avec ou sans règles, diminution de l'acné...) et se laisser le temps de voir comment l'organisme la tolère, et changer si nécessaire pour une autre contraception" précise le Dr Lidiane Rocha-Serri.

Vous pouvez également vous diriger vers le dispositif intra-utérin (hormonal ou au cuivre), l'implant ou l'anneau contraceptif, qui permettent d'éviter les erreurs de manipulation, et de ne pas penser quotidiennement à sa contraception, Le recours au DIU au cuivre convient particulièrement aux femmes sensibles aux hormones.

Lire aussi :