Stérilet au cuivre ou hormonal : comment choisir ?

Le Dispositif intra-utérin (DIU) au cuivre et le Système intra-utérin (SIU) hormonal sont des méthodes contraceptives de longue durée, qui se placent dans l'utérus. Quels sont leurs avantages et leurs inconvénients ? On fait le point, avec le docteur Teddy Linet, gynécologue.

© Jean-Paul CHASSENET

Et si vous choisissiez le stérilet comme moyen de contraception ? Avant tout chose, "on ne devrait plus parler de 'stérilet' car ce terme véhicule l'idée que ce dispositif peut rendre stérile, ce qui est faux ", avertit le docteur Teddy Linet, gynécologue à Challans (Vendée). C'est pourquoi les médecins parlent plus souvent de DIU au cuivre, pour Dispositif intra-utérin et de SIU hormonal ou SIU au levonorgestrel pour Système intra-utérin. Le SIU le plus connu est le Mirena®.

Cuivre ou hormone progestative

Pour le DIU, c'est le cuivre qui agit comme contraceptif, principalement en bloquant les spermatozoïdes. Le SIU hormonal, quant à lui, contient une hormone progestative qui agit sur la glaire cervicale en resserrant son maillage. Cette glaire se situe entre le vagin et l'utérus, et va donc empêcher le passage des spermatozoïdes. Ces deux dispositifs mesurent environ 4 cm et se placent dans l'utérus, lors d'une consultation gynécologique. Bon à savoir : contrairement aux idées reçues, la femme peut choisir le stérilet comme moyen de contraception, même si elle n'a encore jamais eu d'enfants.

Les avantages du DIU au cuivre et du SIU hormonal

  • Le premier avantage de ces méthodes contraceptives est leur efficacité : le DIU au cuivre est efficace à 99,95% et le SIU hormonal à 99,8%. A titre comparatif, la pilule œstroprogestative, l'anneau vaginal et la pilule microprogestative sont efficaces à 92%, et le préservatif à 85%.
  • Dans les deux cas, il s'agit d'une contraception longue : le DIU au cuivre agit plus de 10 ans et le SIU hormonal cinq ans. "Certaines études scientifiques prouvent même que le Mirena® est efficace sept ans", souligne le docteur Linet.
  • Il n'est pas nécessaire avec un DIU ou un SIU d'observer une surveillance annuelle chez un gynécologue ou une sage-femme. "Le risque d'expulsion du dispositif n'existe que lors des premières semaines après la pose, et principalement chez les femmes jeunes. Le suivi dépendra donc de chaque femme : tous les ans si ça la rassure, tous les trois ans sinon" explique le docteur Teddy Linet.
  •  Le SIU hormonal diminue progressivement le volume des règles car il empêche que l'utérus fabrique de la muqueuse utérine. Il permet donc de réguler des règles trop abondantes. "En général, avec ce contraceptif, les femmes conservent des règles une fois par mois mais les menstruations peuvent disparaitre dans certains cas", détaille le gynécologue.
  • Le DIU au cuivre laisse un cycle menstruel "naturel" et ne contient pas d'hormones, ce qui représente un avantage certain pour les femmes les supportant mal.
  • Le DIU au cuivre peut être utilisé comme contraception de rattrapage : il est possible de poser un DIU dans les cinq jours suivants un rapport à risque de grossesse et s'avère plus efficace – et plus durable – qu'une pilule du lendemain.
  • Le DIU au cuivre et le SIU hormonal sont sans impact sur la fertilité. "Le délai de fertilité est le même qu'avec les autres méthodes, c'est-à-dire entre trois et six mois après l'arrêt de la contraception", détaille Teddy Linet.

Les inconvénients du DIU au cuivre et du SIU hormonal

  •  Si le DIU au cuivre ne modifie pas le cycle menstruel, il engendre généralement des saignements majorés. "Le volume des règles augmente notamment sur les six premiers mois, puis devient plus acceptable" observe le docteur Linet. "Il n'est donc pas recommandé pour les femmes ayant des règles déjà abondantes" ajoute-t-il.
  • Le SIU hormonal diminue le volume des règles et peut parfois les supprimer. "Cela peut représenter un inconvénient pour les femmes qui sont stressées par l'absence de règles, à cause du risque de grossesse qu'elle peut représenter", révèle le gynécologue.
  • Un doute persiste sur l'usage de la coupe menstruelle - ou "cup" - avec un stérilet. "Certaines patientes témoignent d'un effet ventouse lorsqu'elles retirent leur coupe menstruelle. Une des solutions est d'exceptionnellement couper les fils du stérilet plus courts que d'habitude, pour éviter qu'ils soient touchés lors du retrait de la coupe menstruelle. La femme qui utilise une 'cup' et qui souhaite poser un DIU peut donc demander à son praticien de couper les fils du DIU légèrement plus courts qu'à l'ordinaire pour éviter ce genre d'incident ", conseille le docteur Teddy Linet.
  •  Le risque d'infection du au DIU ou au SIU est faible, mais il existe : "ce risque est inférieur à un pour cent sur les trois premières semaines, à cause de la pose en elle-même, et tombe à un pour mille au-delà. Mais si la femme souffre d'une infection sexuellement transmissible (IST), le risque d'infection sera plus élevé", met en garde le gynécologue.
  •  Enfin, le DIU et le SIU sont contre-indiqués chez la femme qui a une malformation utérine ou des fibromes utérins et chez la femme qui a eu dans les trois mois précédant la pose une infection génitale de l'utérus ou des trompes.

Lire aussi