10 idées reçues sur le cancer du sein Les déodorants, le soja, le tabac sont responsables du cancer du sein

non, les déodorants et anti-transpirants n'augmentent pas le risque de cancers
Non, les déodorants et anti-transpirants n'augmentent pas le risque de cancers du sein. © Andres Rodriguez - Fotolia

 Faux.

Une rumeur a accusé les déodorants et notamment les sels d'aluminium qu'ils contiennent, d'augmenter les cancers du sein. Il n'en est rien selon le Pr Villet : "Non, les déodorants n'y sont pour rien. Des études ont d'ailleurs été faites ensuite et ont prouvé qu'il n'y a pas de lien." Vous pouvez donc continuer à les utiliser sans crainte.

Autre idée reçue : manger du soja serait dangereux pour les femmes qui ont eu un cancer du sein. Là encore, le professeur est catégorique : "Non, il n'y a pas d'effet prouvé. Les femmes, qui ont eu un cancer du sein, comme celles qui n'en ont pas eu, peuvent en consommer. D'ailleurs l'alimentation courante contient fréquemment des dérivés du soja. il n'y a pas d'intérêt de prendre des compléments alimentaires de soja."

Les facteurs de risques démontrés

Le tabac est cancérigène et peut augmenter entre autres le risque de cancers comme l'explique le Pr Villet : "En fait, il augmente surtout le risque de cancer du poumon. Son effet dans le cancer du sein est plus faible. Mais évidemment ça reste un agent cancérigène et donc potentiellement du cancer du sein également."

"On sait aussi que le surpoids et l'obésité peuvent augmenter légèrement le risque de cancer du sein. A l'inverse, on sait également que l'activité sportive importante réduit le risque." Dans tous les cas il est donc préférable de ne pas fumer et d'avoir une activité sportive régulière pour éviter le surpoids et l'obésité.

Et l'alcool alors ? "Concernant l'alcool, il y a toujours du pour et du contre. La seule chose qu'on peut vraiment dire c'est qu'un verre par jour ce n'est pas toxique. Mais le mieux reste de vivre une vie saine et sans excès. Ce sont les excès qui dérèglent et peuvent entraîner des maladies", conclut le Pr Villet.

Sommaire