10 idées reçues sur le cancer du sein Le traitement hormonal substitutif provoque le cancer du sein

les ths sont le plus souvent prescrits sous forme de gel à appliquer sur les
Les THS sont le plus souvent prescrits sous forme de gel à appliquer sur les bras. © Peter Atkins - Fotolia

 Faux.

Mis au point au milieu des années 80, le traitement hormonal substitutif (THS) a rapidement connu un grand succès auprès des femmes qui pouvaient alors mieux vivre la ménopause, sans ses désagréments. Plus tard, la célèbre étude WHI a conclu que ces THS augmentaient le risque de cancer du sein, ce qui a mis un frein aux prescriptions de ces traitements. De là est née la rumeur selon laquelle les THS entraîneraient une augmentation des cancers du sein.

Le Pr Villet explique la suite : "Cette étude a ensuite été détaillée et contenait de nombreux biais qui l'ont invalidée (femmes de l'étude très âgées, hormones fortement dosées, prises par voie orale). Mais elle a laissé des traces et certaines femmes s'en méfient encore. Aujourd'hui, on sait que les THS augmentent très légèrement le risque de cancer du sein, surtout quand il est pris plus de 10 ans et chez les femmes très âgées. Il faut donc mettre en balance le bénéfice/risque du traitement et l'utiliser uniquement pour les femmes qui en ont besoin et pour une durée limitée."

Les THS ne doivent donc pas être diabolisés car ils peuvent être utiles à certaines femmes : "Il faut insister sur le fait que si certains symptômes de la ménopause peuvent être traités autrement, seul le THS peut diminuer les bouffées de chaleurs, ingérables pour de nombreuses femmes" ajoute le Pr Villet.

Après un cancer du sein ?

La prescription d'un traitement hormonal substitutif chez une femme guérie d'un cancer du sein est actuellement contrindiquée.

Sommaire