10 idées reçues sur le cancer du sein La mammographie détecte trop de cancers du sein

le dépistage organisé permet une double lecture des mammographies.
Le dépistage organisé permet une double lecture des mammographies. © Picture Partners - Fotolia

 Faux.

Un livre récemment édité ("No Mammo ?", de Rachel Campergue, aux éditions Max Milo)
dénonçait un surdiagnostic dû au dépistage organisé du cancer du sein en France. Pourtant, pour le Pr Villet, c'est une erreur de penser ainsi : "Le dépistage organisé et le dépistage dit sauvage (non lié au programme national, c'est-à-dire lorsque les médecins prescrivent eux-mêmes une mammographie) permettent un diagnostic fiable et précis des cancers du sein en France. Ces dépistages ont également servi à améliorer la qualité des diagnostics et des traitements des patientes."

Le surdiagnostic dénoncé dans le livre concerne les femmes qui ont une anomalie sur la mammographie et qui se font traiter pour retirer une petite tumeur alors que celle-ci aurait pu ne pas augmenter, voire régresser, pendant le reste de leur vie. Mais dans le même temps, personne ne peut assurer que cette tumeur repérée n'augmentera jamais. Pour le Pr Villet : "Il y a peut-être un petit surdiagnostic, mais c'est aussi ce qui fait la preuve de la qualité du dépistage ! Contrairement au cancer de la prostate, le cancer du sein n'a pas de marqueurs spécifiques repérables par une simple prise de sang."

D'ailleurs si l'incidence des cancers a augmenté au cours de ces dernières années, on observe également une évolution favorable de l'efficacité des traitements. Le diagnostic plus précoce des tumeurs est sans aucun doute la raison principale. Et c'est sans compter les progrès thérapeutiques qui permettent aujourd'hui aux femmes traitées précocement de continuer à vivre normalement des années après leur traitement.

Trop tard 50 ans ?

Le dépistage organisé concerne les femmes qui ont entre 50 et 75 ans. Pourquoi 50 ans et pas plus tôt ? Le Pr Villet explique : "Le pic d'incidence du cancer du sein est à 54 ans. Pour les plus jeunes, c'est aux femmes et à leur médecin d'évaluer, selon le contexte familial, l'utilité ou non de faire une mammographie avant 50 ans. Ces mammographies "hors dépistage organisé" sont également remboursées par la Sécurité sociale."

Cancer / Cancer du sein