Je teste pour vous... le Mud Day

"Un parcours du combattant de 13 km et 22 obstacles : qui est tenté ?" Jamais. Je ne saurai jamais pourquoi j'ai répondu "moi" ce jour-là. Me voici embarquée dans l'équipe "Pour voir" du Mud Day (journée dans la boue). Découvrez ma valeureuse équipe et notre entraînement jusqu'au Jour J. Allez, après tout, la boue, c'est bon pour la peau non ?

Je teste pour vous... le Mud Day
© Mud Day

Top départ samedi 21 septembre à 11h. J-8 avant de me retrouver sur le terrain d'entraînement militaire de Frileuse, à Beynes (Yvelines) avec 13 000 autres participants... Et mon équipe de choc. Au programme : boue, glace, eau, barbelés et 22 obstacles à passer dans des conditions dantesques, le tout sur fond musical proposé par Deezer. Première édition en France, cette pratique née en Angleterre s'est très vite expatriée Outre-Atlantique. Sont prévues 4 à 5 épreuves de ce type en France en 2014. C'est avec plaisir (et un peu d'appréhension) que je me glisse donc dans la peau du cobaye pour tester cette épreuve en tant que plus faible membre du groupe - s'entend par ma condition physique (2h de sport par semaine en moyenne) et mon grand âge (34 ans). Laissez-moi vous présenter mes vaillants coéquipiers.

Voir le site du Mud Day 2013

L'équipe "Pour voir"

alexie besnier
Alexie, future Mudgirl © Alexie Besnier

Alexie, 24 ans

Ce que cela représente pour toi :
"Le dépassement de soi, mais surtout et avant tout, un moment convivial en groupe, des rencontres, et des crises de fous rires en haut d'un mur de 2m30 ! Le Mud Day est pour moi une première en termes de défi sportif en groupe. Notre motivation ne présage que le meilleur... J'ai hâte !"

Ton entraînement :
"Assez sportive depuis de nombreuses années, j'apprécie particulièrement courir le matin à la fraiche, ce qui me donne tonus et vitalité pour le reste de la journée, et ce quatre fois par semaine. Je prends plus de temps le week-end pour des séances de renforcement musculaire et de stretching. Mon objectif : le marathon du Médoc, excellent compromis entre passion du terroir et défi sportif."

Un petit mot perso :
"Montpelliéraine, expatriée à Paris depuis deux ans et en manque de moments de partage, je suis ravie de pouvoir participer à cet évènement sportif avec Mélanie, Seb, Julien et Paul. Le Mud Day est ainsi pour moi une aventure humaine liant dépassement de soi, performance sportive et convivialité. Par ailleurs, ce challenge représente une nouvelle opportunité pour moi de prouver qu'il est possible de lier végétarisme et vie sportive !"

paul teyssedre
Paul, futur Mudguy © Paul Teyssedre

Paul, 36 ans

Ce que ça représente pour toi : "Touché de plein fouet par le syndrome de Peter Pan, je veux pas être vieux ! Je veux me prouver que malgré les années qui passent je peux encore enchaîner les efforts comme un chien fou, sans bobos, sans courbatures et avec un minimum de performance. Je fantasme, je sais?. Mais ça me fait du bien."

Ton entraînement : "j'ai profité des vacances et des beaux jours pour reprendre la course à pied et pour la 1ère fois de ma vie je me suis inscrit dans une salle de fitness pour réveiller ma "fibre musculaire"? et perdre ma brioche."

Un petit mot perso : "Se consacrer entièrement à la Voie, sans même craindre la Mort." (La Voie à Suivre Seul, Miyamoto Musashi)... en gros : ça passe ou ça casse, on ne transige pas."

Sébastien, 33 ans

seb
Seb, futur Mudguy © Sébastien Giraud

Ce que ça représente pour toi : "C'est l'occasion de se faire un peu peur et pas mal plaisir entre amis. De se lancer un challenge. Et puis j'ai jamais mangé de la boue. A l'heure où le monde doit se préoccuper de ses ressources naturelles, qui sait, c'est peut être la boue qui nous sauvera."

Ton entraînement : "Tout dans la tête. Surtout le planning, qu'on a pas vraiment respecté. Sportif assidu je cours régulièrement, mais au fur et à mesure des épreuves, je me rends compte que j'ai oublié de bosser certains muscles. Heureusement mes zygomatiques sont régulièrement sollicités, j'ai quand même l'impression qu'on va bien se marrer."

Un petit mot perso : "Quelqu'un se rappelle pourquoi je m'y suis inscrit ? Parce que quand je vois la nouvelle épreuve dite "du feu", je me demande...."

Julien, 37 ans

julien pichon
Julien, futur Mudguy © Julien Pichon

Ce que cela représente pour toi : "Un coup de folie ! L'effet groupe dynamise. Au départ je n'étais pas très enthousiaste à l?idée de se lever le matin pour se faire trainer dans la boue. Mais vous savez, une décision à plusieurs a quelque chose d'irrationnel : vous trouvez un truc génial avec vos potes alors qu'une heure avant, tout seul, vous pensiez le contraire. Ce qui me plait dans cette aventure, un peu comme dans un voyage, c'est la partie imprévue et inconnue. En ça, ça se différencie d'un match de tennis, d'une partie de foot ou d'un jogging normal. En résumé, cette course représente un peu l'imprévisible et l'inconnu tout en alliant un challenge sportif."

Ton entrainement : "Pour l'instant, je mise beaucoup sur un entrainement inconscient. Comme quelque chose qui se passe en toi sans que tu t'en aperçoives. Par exemple monter les escaliers, courir après le bus, slalomer à la FNAC St Lazare. Mon entrainement n'est pas encore complètement connu de moi-même. Il faudrait que je m'entraine à m'entrainer, à percevoir où commence l'effort, où il se termine. Finalement, c'est une course plus philosophique qu'elle n'y parait. On réfléchit beaucoup. En ce sens mon entrainement est principalement mental. Les obstacles n'ont qu'à bien se tenir."

Un petit mot perso : "J'ai hâte et en même temps, j'ai terriblement peur. Mes coéquipiers vont-ils me supporter ? Va-t-on parler pendant la course entre nous ? Saurons-nous être exemplaires ? Va-t-on craquer ? Il est possible que je crie sur la ligne de départ "Allah Akbar" en courant le plus vite possible, et ce même si je ne suis pas musulman, vous voyez cette course mène à la folie."