J'ai testé pour vous... Le cours d'aïkido Un somptueux costume qui plaît aux femmes !

pas de doute : le costume ajoute au charme de cet art martial.
Pas de doute : le costume ajoute au charme de cet art martial. © L'Internaute Magazine / Cécile Debise

La pratique de l'aïkido est ponctuée de rituels et de codes. On salue avant le début du cours, on ne se tient jamais debout quand on ne travaille pas et on... porte ce majestueux costume au pantalon bouffant noir (ou bleu marine, c'est selon). "Ca peut paraître futile mais je suis persuadé qu'une des raisons pour lesquelles il y a 30 % de femmes parmi les aïkidokas, c'est l'attrait pour le costume", plaisante le moniteur Patrick Bénézi.

La tenue de l'aïkidoka est composée de plusieurs morceaux. Il y a d'abord le traditionnel kimono, le même que celui popularisé par le judo. Pour les aïkidoka débutants, c'est d'ailleurs la tenue de rigueur. Mais ce qui fait la majesté de la panoplie, c'est le hakama, c'est espèce de jupe-culotte noire qui bouffe en mouvements amples à chaque déplacement.  "Les élèves n'ont généralement le droit de la porter qu'après trois ou quatre ans de pratique."

Le beau costume est lui aussi l'objet d'un petit rituel. Non seulement il faut en prendre soin, mais le pliage de fin de séance s'apparente à une véritable cérémonie, où chacun s'affaire à plier son ouvrage "au carré".

Sommaire