"Je vis kayak 365 jours par an" Les clés de la réussite

championnats du monde, 2006
Championnats du monde, 2006 © DR

Quelles sont les qualités nécessaires pour réussir et pour arriver à un tel niveau ?
Les qualités sont multiples. On trouve plusieurs types de compétences dans le très haut niveau en kayak : des experts en force (à la musculature très développée) et des experts en technique (plus fins). Le tout est de travailler ces deux aspects. Je crois en revanche qu'au niveau psychologique, tout le monde cherche la même chose, c'est-à-dire être une battante dès le départ et ne rien lâcher jusqu'à la ligne d'arrivée.

Avez-vous eu des sacrifices à faire ?
J'ai eu beaucoup de mal à concilier études et sport de haut niveau. À 18 ans, je n'ai pas vraiment eu le choix de la destination pour continuer mon sport. Or, je n'avais pas pris le temps de me poser les questions que l'on se pose le Bac en poche. J'ai su en juillet que j'étais acceptée sur le Pôle France de Rennes, la fac de sport m'a été proposée tout naturellement. Avec du recul, j'aurais aimé faire des études de biologie. Ne pas avoir une vie "normale" a été dur au début, mais plus maintenant. Les vacances d'été quand on est jeunes, ça veut dire profiter entre copines. J'ai profité différemment et aujourd'hui j'en suis récompensée. Cela vaut tous les sacrifices.

"Ne pas avoir une vie "normale" a été dur au début, mais plus maintenant"

Que vous apportent le kayak et le sport en général ?
Une façon de vivre et un rythme qui conviennent parfaitement à mon caractère. J'ai besoin de découvrir et de me surpasser toute seule, pour moi, et d'avoir en même temps beaucoup de sensations. Lorsqu'il m'arrive de faire plus de trois jours de break dans l'entraînement, je ne me reconnais plus, j'ai l'impression d'être inutile, j'ai besoin de m'exprimer par ce biais-là.

Sommaire